Vive le printemps, vite les semis !

par Caroline Giguère

Le printemps est à nos portes et nous pouvons enfin sortir le nez de notre foulard pour sentir les rayons du soleil. Malheureusement, il est encore trop tôt pour se prélasser sur les balcons et les terrasses. Pour se faire patienter, on peut alors se préparer un petit jardin de balcon qui saura égayer nos belles journées d’été. Pourquoi ne pas aussi s’amuser un peu en cultivant nous-mêmes les semis de notre futur jardin !

Avant de se mettre les deux mains dans la terre, on doit d’abord faire un plan de nos ressources et de nos besoins. On doit penser à la surface disponible, à l’ensoleillement de l’endroit, au nombre de bacs et de jardinières nécessaires et au type de petit « jardin » que l’on souhaite faire.

Quand le choix est fait, on doit se procurer les fameuses semences. La sélection des semences bio par catalogue et dans les serres est intéressante. Par contre, le manque de temps oblige parfois à acheter des graines régulières dans les grands magasins et celles-ci font aussi l’affaire. Les spécialistes suggèrent d’utiliser des semences fraîches à chaque année pour un rendement efficace. Il est également conseillé de débuter avec 4 ou 5 variétés si on cultive des semis pour la première fois.

Ensuite, on pense au mélange terreux, essentiel à la réussite des semis. Le terreau doit être enrichi de mousse de tourbe pour semis et de vermiculite. Le mélange devient alors léger, poreux et il garde bien l’humidité.

Pour les contenants, allez fouiller dans le bac de recyclage et vous trouverez ce qu’il vous faut sans dépenser un sou : caissettes de champignons, pots de yogourt, cartons de pinte de lait, etc. Tout contenant stérile peut aller, il suffit seulement de percer quelques trous en dessous pour le drainage.

Maintenant que le matériel est prêt, on peut commencer, mais quel est le bon moment ? La date de démarrage des semis dépend de la nature des semences. Il est donc essentiel de se référer à un calendrier des semis. Les graines peuvent être semées à la volée ou en sillon. Ensuite, on les recouvre avec un peu de terre. Elles doivent tout d’abord germer dans un endroit humide et éclairé mais à l’abri de la lumière directe du soleil. On recouvre alors le bac d’un couvercle ou d’un sac.

La durée peut varier de trois à trente jours. Dès qu’une pousse se pointe, la germination est amorcée. Attention de ne pas laisser les caissettes à l’ombre trop longtemps car les pousses vont alors s’étioler, c’est-à-dire pousser en orgueil. Lorsque les plantules commencent à se toucher, il faut doucement les déterrer et les repiquer dans un autre pot qui contient du nouveau terreau.

Le plant poursuit son développement au soleil, il suffit de l’arroser tous les jours, de préférence le matin des journées ensoleillées. Il est essentiel de laisser le terreau s’assécher entre deux arrosages pour prévenir la fonte des semis, une maladie qui touche souvent les jeunes pousses. Après le dernier gel, on transfère les plants dans les bacs qui seront placés sur le joyeux balcon. Il est important d’acclimater les plants; on sort les bacs seulement quelques heures les premiers jours et on augmente la durée progressivement.

Faire soi-même nos semis demande de la préparation au début mais cela devient une solution économique et écologique lorsqu’on répète l’expérience d’une année à l’autre. Cela permet d’avoir un jardin fleuri dès le début de l’été pour en profiter le plus longtemps possible. Je vous suggère de commencer doucement mais sûrement et de consulter des livres ou des sites Internet qui donnent une foule de judicieux conseils. L’important est de créer et d’expérimenter. Je vous souhaite du succès dans la réalisation de vos semis.

 

Références: 

Tout sur le jardinage et les semis
http://lesbeauxjardins.com/

Superbe livre simple et complet:

Hodgson, Larry. Pots et jardinières
Collection Le jardinier paresseux, éditions Broquet, 2000,  408 pages.

Les commentaires sont clos.