Chronique du Ti-Tamis: Les élixirs floraux

 par Sarah Maria

Pour mieux vivre en communauté…

Pour aborder ce thème, je me suis vraiment demandé comment les plantes pouvaient nous aider, les humains, à mieux vivre les un-e-s avec les autres. Puis une grande amie fée m’a tout simplement proposé… pourquoi pas les élixirs floraux ! Les élixirs agissent à des niveaux subtils de notre être et facilitent vraiment les échanges avec soi-même et les autres. Nous en verrons qui sont particulièrement adaptés à la vie en communauté.

Premièrement, qu’est-ce qu’un élixir floral ? C’est une macération solaire de fleurs dans de l’eau distillée, qui extrait en douceur ses parties subtiles, sa personnalité, sa vibration. Puis l’élixir-mère est dilué plusieurs fois et dynamisé, en suivant le principe homéopathique des dilutions. L’élixir va permettre de travailler vraiment en profondeur, dans les cellules, dans les émotions, dans la psyché, dans nos corps énergétiques.

Je vous présente donc quelques amies plantes, surtout celles que j’ai expérimentées.

Achillée (achillea millefolium) protection
Elle resserre nos frontières, nous permet de ne pas absorber ce qu’on ne veut pas absorber de l’extérieur – ce qui est très utile en groupe ! Nous aide à garder notre intégrité et à ne pas se fondre dans les influences extérieures. Elle aide les personnes perturbées émotionnellement à ne pas se laisser emporter dans des tourbillons d’illusions ! Elle agit bien lors de travail en thérapie (vivre en communauté est souvent une thérapie de groupe !)

Alchémille (alchemilla vulgaris) fluidité
Elle facilite le service et le travail de groupe. Elle aide à ce que les choses coulent facilement, donne de la fluidité aux idées, à la communication et dans nos comportements. Amène une clarté d’esprit. Aide à s’adapter aux changements. Aide à voir au-delà de la superficialité. Aide à reconnaître et se réconcilier avec l’énergie féminine.

Basilic (ocimum basilicum) confiance
Permet d’ouvrir notre cœur aux autres, en confiance. Aide à guérir les blessures de rejet, les blessures dans les relations, auxquelles nous sommes souvent confronté-e-s en communauté. Donne le goût de prendre un temps d’arrêt pour soi. Permet d’ancrer nos relations d’amour et d’amitié. Facilite l’équilibre entre l’ouverture aux autres et le respect de soi.

Calendule (calendula officinalis) chaleur
Facilite la chaleur et la réceptivité dans les rapports humains. Adoucit les personnes ayant tendance à utiliser des mots blessants et sarcastiques. Facilite l’empathie. Nous aide à bien transmettre ce qu’on veut partager et enseigner. Aide à équilibrer la réceptivité et le dynamisme, le yin et le yang.

Campanule (campanula carpatica) abondance
Jamais éprouvée en pratique, mais wow!, la description qu’en fait Danièle Laberge nous donne le goût de la connaître ! Amène la prospérité et l’abondance: ça on en a toujours besoin en écovillage ! Aide à s’incarner, à se réaliser dans la matière. Aide à comprendre sa mission et à la réaliser. Lorsqu’on a besoin de faire le point, qu’on se trouve à la croisée des chemins, dans un passage important, nous facilite l’action qui mènera à la réalisation de nos visions. Nous aide à prendre confiance en ce qu’on peut apporter, en nos atouts.

Centaurée (centaurea montana) unité
Stimule la capacité de se sentir en unité avec les autres et favorise l’aspect social de l’être. Aide le travail d’équipe et la réceptivité aux idées d’autrui.

Fraise (fragaria) joie et légèreté !
Éprouvée avec des super résultats en communauté. D’emblée, elle stimule l’enthousiasme et la spontanéité de notre enfant intérieur. Elle nous aide à dédramatiser, à prendre les choses avec légèreté ! Nous donne le goût de nous impliquer dans la communauté, de réaliser une vision commune. Nous redonne espoir quand on se sent impuissant-e-s. Elle soulage, calme le ressentiment et les attentes, « apaise la peine des personnes à qui on a fait des promesses qu’on n’a pas tenues… 1» ce qui arrive fréquemment en groupe !

Lavande (lavendula vera) détachement
Aide à nous défaire de nos bébittes du passé qui pèsent dans notre rapport à nous-mêmes et aux autres. Facilite la stabilité émotive.

Liatride (liatris spicata) dévotion
Non éprouvée en élixir. Aide pour les personnes qui se sentent envahies, surtout en ville. Facilite le don de soi et le service à la collectivité. Éveille le désir de travailler pour l’humanité. Libère de l’austérité et des jugements sur soi et les autres. Aide à initier des projets. Vous m’en donnerez des nouvelles !!!

Maïs (zea mays) enracinement
Utile aux membres de communautés. Facilite la promiscuité, nous aide à nous sentir chez nous partout tout en respectant notre espace et celui des autres. Nous reconnecte à la Terre. Allié au début des projets à long terme. Facilite le détachement émotionnel et l’acceptation.

Mélisse (melissa officinalis) humilité
Cette merveilleuse amie, je l’ai mise ici pour quelques cas spéciaux… « aide les personnes flamboyantes ou caustiques qui éclaboussent un peu les autres. 2 » Chez les personnes ayant des aptitudes pour la focalisation, on a tendance à manquer d’humilité et à vouloir dire nos idées à tout prix… la mélisse nous amène à l’humilité, à l’introspection et au silence. Elle facilite l’écoute, dans la compassion et le respect. Nous amène à discerner notre vérité et à économiser notre énergie.

Zinnia (zinnia elegans) hahaha ! hihihihi !
La plante du rire ! Vive l’humour qui peut transformer toutes les densités en paradis !

Pour fabriquer un élixir, ça prend une semaine. On a besoin d’eau distillée, de deux cristaux de quartz, d’une ou de plusieurs fleurs, d’un bol en verre transparent, d’un filet très mince, de SOLEIL, puis de deux bouteilles teintées et d’une pyramide. On y va quand il fait soleil, après la rosée, et quand on se sent en paix avec soi-même. On amène avec nous un bol d’eau et le filet. On s’asseoit près de la fleur choisie, puis lorsqu’on se sent prêt-e, on cueille la (ou les) fleur (s) qu’on trouve la plus belle, la plus vibrante, en la coupant avec les cristaux, un dans chaque main, et on la dépose dans le bol d’eau. On veut occuper le plus d’espace possible de fleur dans l’eau. On met le filet dessus pour éviter la noyade d’insectes dans notre futur élixir.

Puis on attend que le soleil s’unisse à la fleur et que les vibrations de cette dernière entrent dans l’eau. On reste à côté pendant ce temps, on peut méditer, dessiner, observer la fleur, écrire ce qu’on ressent en sa présence. Après… on redonne la fleur à la terre, on filtre le liquide et on remplit une petite bouteille de notre élixir-mère. On met cette bouteille dans une pyramide. On prend 7 gouttes de cette bouteille qu’on dilue dans une autre bouteille remplie d’eau distillée, qu’on dynamise en la frappant contre la paume de notre main au moins 100 fois. Puis on refait cette opération à chaque jour, pendant 6 jours. À la 7e dilution (7e jour), notre élixir est prêt !

Vous pouvez simplement acheter des élixirs floraux et des fleurs de Bach à la Bottine aux Herbes, à Montréal, et dans plusieurs autres herboristeries et magasins d’aliments naturels

On prendra les élixirs au besoin, quatre gouttes à la fois (ça aussi varie selon la personne), SOUS LA LANGUE. Laissez le liquide faire son chemin dans votre bouche sans l’avaler tout de suite.

Voilà terminée la visite du jardin des élixirs… je vous souhaite de les expérimenter et d’être à l’écoute de leurs effets en vous… les aspects subtils des plantes agissent différemment sur chaque personne, puisque nous sommes toutes et tous uniques ! Et pourtant nous vivons des émotions, des changements, des adaptations qui se ressemblent.
Références:

La Bottine aux Herbes, 3778 A, St-Denis, (514) 845- 1225

L’utilisation des élixirs floraux, Danièle Laberge, L’Herbothèque, 1995

Flower Power, Anne McIntyre, Henry Holt and co, 1996

Cahiers l’Achillée, la Calendule, cours HerbArt, L’Herbothèque, 2001

 

Notes: 

1 L’utilisation des élixirs floraux, Danièle Laberge, p.55

2 Idem, p. 8

Les commentaires sont clos.