Éditorial: Les écovillages, pour repenser nos sociétés

par Philippe Laramée

Puisque très peu de lecteurs connaissaient le concept d’écovillage lors du lancement de notre premier numéro en septembre 2002, Aube a choisi de traiter de sujets plus familiers, sous sa forme actuelle d’encyclopédie de solutions écologiques.

Mais les lecteurs perspicaces qui ont suivi l’évolution de Aube depuis ses débuts savent que les articles qui paraissent dans la revue ont tous un lien, de près ou de loin, avec les écovillages. Puisque le public est maintenant plus familier avec le concept d’écovillage, nous avons jugé que le temps était venu de reprendre la présentation de ce concept là où nous l’avions laissée.

C’est donc à force de parler du concept d’écovillage dans notre petite encyclopédie et de vous présenter des écovillages existant actuellement ailleurs dans le monde que plusieurs lecteurs ont décidé de lancer leurs propres projets de communautés écologiques au Québec.

Outre l’information offerte par Aube, les ressources en français n’étant pas légion, la documentation pertinente étant difficile à trouver, plusieurs se sont tournés vers Internet pour tenter d’en savoir plus. D’autres ont décidé d’entreprendre des voyages pour visiter des communautés existantes dans le monde. Enfin, un réseau a émergé pour aider les futur-e-s créateurs-trices à partager le fruit de leurs expériences.

Les écovillages, dans leur essence, sont très loin des communes des années 70, auxquelles certains les apparentent à tort. En fait, les partisans de cette nouvelle façon d’occuper le territoire tentent de minimiser leur impact sur l’environnement dans une optique de développement durable et remettent en question les fondements mêmes de nos sociétés basées sur la consommation.

Ces « laboratoires vivants » explorent de nouvelles avenues qui pourraient éventuellement être appliquées à plus grande échelle. Ces microsociétés sont, en quelque sorte, des solutions concrètes à plusieurs problématiques sociales: déplacement des jeunes en région, pont intergénérationnel, économie solidaire, commerce équitable, agriculture à l’échelle humaine, résolution de conflits, construction saine, sentiment d’appartenance, viabilité économique dans la ruralité, pour ne nommer que ces solutions qui sont généralement vécues dans les écovillages.

Il n’y a pas de recette magique à la création de ceux-ci: chacun a ses ingrédients, ses épices, sa saveur… Chaque village écologique existant actuellement a évolué de manière différente. Mais il ne faut pas se leurrer, les communautés au Québec ont de la difficulté à émerger.

Dans ce numéro spécial écovillage, vous trouverez quelques exemples de projets de communautés écologiques au Québec et des textes pour vous aider à vous organiser en groupe. Les articles de ce numéro portent sur le démarrage de projet, nous prévoyons donc des numéros explorant d’autres étapes de la formation d’écovillages.

Si vous avez un projet de communauté en démarrage et que vous aimeriez le partager avec nous et/ou avec le lectorat de Aube, je vous invite à nous envoyer un courriel afin de vous faire connaître.

Pour tous ceux et celles qui aimeraient en savoir plus sur la vie en écovillage, je vous invite à vous procurer les numéros antérieurs de Aube, car ils traitent d’une multitude d’aspects de la réalisation d’une communauté écologique.

A propos Philippe Laramée

Éditeur de Aube

Les commentaires sont clos.