Chronique du ti-tamis : Spécial chocolat !

par Sarah Maria

Aube-Recueil-Solutions-Chronique-du-Ti-Tamis-Logo

Theobroma cacao, plante des Dieux, drogue universelle, remède à l’ennui, à la fatigue, à la déception amoureuse et à la solitude, célébrant la fête, la joie, les accomplissements… Cet arbre est définitivement à la base de ma pharmacopée personnelle et j’en serai toujours une fidèle amoureuse et disciple ! Les gens sont souvent surpris de voir une herboriste qui aime autant le cacao et pourtant, il semble que les herboristes (ceux et celles du Québec du moins) ont presque tous cette passion en commun. Quoi de mieux qu’un morceau fondant de chocolat noir pour accompagner une tasse de tisane chaude…

 

Un peu d’histoire….

Le cacao est connu depuis les Aztèques, eux-mêmes descendants des Toltèques qui honoraient le serpent ailé Quetzalcoatl. Ce peuple bâtisseur de pyramides, notamment celles de Teotihuacan près de la ville de Mexico, pratiquait la culture du Cacahuaquahitl, le cacaoyer. On sait que les grains de cacao constituaient une monnaie d’échange et que les prostituées sacrées étaient payées en cacao. En 1507, l’empereur Moctezuma II fait goûter à Christophe Colomb et à son équipage la boisson des Dieux. Ces derniers ne sont pas vraiment convaincus à cause de l’amertume de cette boisson étrange (seuls les vrais amateurs apprécient le cacao pur !), pas plus que Cortès, le chef de l’armée espagnole qui entre en contact avec la boisson un peu plus tard.

Jusqu’au jour où le vin vint à manquer et qu’avec beaucoup de sucre et de vanille, la population mexicaine finit par apprécier le breuvage. Il est aussitôt considéré comme un aphrodisiaque, c’est-à-dire un médicament qui soigne la « débilité organique ». Il s’est ensuite répandu à travers l’Europe (Van Houten à Amsterdam, puis Nestlé en Suisse qui a inventé le fameux chocolat au lait), puis partout dans le monde.

Plusieurs sources mentionnent l’existence de l’usage de plantes aphrodisiaques dans des rituels ancestraux et actuels d’amour, dans toutes les régions du globe. Ces plantes possèdent des vertus soit stimulantes, oxygénantes, stimulantes circulatoires, réchauffantes, relaxantes ou psychotropes qui sont toutes des propriétés médicinales intéressantes dans l’union d’amour.

Le cacao, quant à lui, était supposément utilisé dans les rites d’union des hautes castes. La recette traditionnelle rituelle la plus connue est de moudre les grains rôtis, de les dissoudre avec de l’eau, puis d’ajouter de la vanille, du piment de Cayenne, du poivre de Java, de la cannelle, des graines de courge et… une tasse d’or (plus difficile à trouver celle-là, mais si vous réussissez, invitez-moi donc à en boire un verre !). Ce breuvage était considéré comme divin et il existait une façon bien particulière de le préparer et de le boire de façon ritualisée.

 

Les vertus du cacao

Le cacao est un stimulant du système nerveux central et du système cardio-vasculaire grâce aux xanthines qu’il contient : la théobromine (diurétique) et la caféine (stimulante). Les phényléthylamines sont des alcaloïdes, présents également dans les aliments fermentés et dans le LSD, jouant un rôle de neurotransmetteurs dans notre cerveau et aussi probablement un rôle dans l’aspect aphrodisiaque et euphorisant de cette plante. En fait, le chocolat est un antidépresseur. Il stimule les endorphines qui sont les neurotransmetteurs à l’origine de l’amour, de la joie et de l’extase, et qui diminuent la sensation de douleur, ainsi que la sérotonine qui amène un état de bien-être et diminue l’importance accordée aux émotions (cette dernière, en surdose, provoque de l’agitation mentale et des troubles de concentration).

De plus, le cacao est riche en minéraux et en oligo-éléments, comme le soufre, le phosphore, le potassium, le magnésium et le calcium, et possède un grand pouvoir antioxydant. Il possède également une affinité avec les reins et le système urinaire, ainsi qu’avec le cœur qu’il stimule tout en dilatant les vaisseaux sanguins. Il nous aide donc à oxygéner et à vasculariser nos deux cerveaux, celui du cœur et celui qui est dans notre crâne. Il faut dire que certaines parties du corps ont bien besoin d’être vascularisées dans les moments chauds, et pour cela, le chocolat s’avère un bon tonique ! Il faut aussi mentionner que la dépression et les crampes prémenstruelles sont souvent liées à une carence de magnésium, qu’on retrouve en bonne quantité dans le chocolat noir… tiens donc !

Ne nous privons donc pas des vertus de cette plante, en nous rappelant cependant qu’elle est sacrée et que l’on honore ce qui est sacré en laissant de temps en temps le désir prendre la place de l’habitude !

Pour terminer, voici deux recettes : la boisson rituelle telle que je la prépare et les fameuses truffes de la merveilleuse herboriste et chocolatière Jackie Lemay qui a bien voulu nous révéler un de ses secrets les mieux gardés !

 

Boisson des Dieux et Déesses de Sarah-Maria

  • Pour un litre d’eau (ou, encore mieux, de lait de riz, d’amandes ou de soya)
  • 1 tasse de cacao en poudre
  • 1 c. à soupe de cannelle en poudre
  • 1 c. à thé de cardamome en poudre
  • 1 à 2 pouces de gingembre râpé

Faire bouillir tous les ingrédients pendant une demi-heure, puis ajouter 1/4 à 1/3 de cuillérée à thé de cayenne. Éteindre le feu et laisser infuser dix minutes. On peut aussi faire bouillir les plantes dans un concentré d’eau et rajouter le lait à la fin. Sucrer avec du miel, le sucre des Dieux et Déesses, et déguster dans une extase d’amour ou d’amitié avec soi-même, avec l’être aimé ou avec des amis.

 

Truffes fondantes aux framboises balsamiques de Jackie

  • 350 g de chocolat noir (70 %)
  • 1/3 tasse de crème 35 % (ou Belsoy)
  • 1 tasse de framboises congelées
  • 2 c. à soupe de miel
  • 2 c. à soupe de vinaigre balsamique
  • 350 g de chocolat de couverture*
  • Poudre de cacao

Faire fondre doucement le chocolat noir avec la crème au bain-marie. Pendant ce temps, faire chauffer les framboises avec le miel jusqu’à l’obtention d’une belle purée. Passer le tout au tamis pour récupérer 2/3 de tasse de jus de framboises. L’ajouter au chocolat et bien mélanger. Lorsque le mélange est bien lisse, incorporer le vinaigre (les audacieux peuvent aussi ajouter quelques pincées de poivre noir) et retirer du feu. Laisser refroidir environ 30 minutes à température ambiante en brassant de temps à autre, puis placer au réfrigérateur pendant au moins trois heures. Former ensuite des boules en prenant environ deux cuillères à café du mélange et les rouler dans le cacao. Placer les truffes ainsi obtenues au congélateur pendant une heure. Encore au bain-marie, faire fondre à feu doux le chocolat de couverture et le retirer du feu dès qu’il est fondu. À l’aide de deux fourchettes, tremper chaque truffe dans le chocolat et déposer sur du papier ciré. Laisser complètement refroidir les truffes avant de les manipuler. Elles se conservent trois semaines au réfrigérateur et trois mois au congélateur.

*Le chocolat de couverture s’achète en pastilles dans certaines épiceries. Il enrobe mieux les truffes et refroidit plus rapidement que les autres, mais on peut quand même utiliser n’importe quel chocolat pour enrober les truffes.

 

Les commentaires sont clos.