Fear less, love more

par Ika Prieur aussi appelée Madame Coeur

Aube-Recueil-Solutions-Mag-Ika-25-Fear-Less

Voilà maintenant plus de deux ans que je voyage en Europe. Originaire de la banlieue de Montréal, mais ayant préféré la ville de Gaspé pendant six ans, j’ai pris la clef des champs, ou plutôt la direction des vieux pays, en fin d’année 2011. La France m’a gardée pendant un an avant de me laisser découvrir le reste de l’Europe. Je vous écris aujourd’hui en direct de Sant Just Desvern, dans l’arrondissement nord de Barcelone en Espagne. Ayant besoin de poser racines à terre, c’est à la fin de décembre dernier que j’ai décidé de m’ancrer un peu, tout près de mon amoureux.

En voyage…

Depuis que je suis très jeune, les hommes que j’affectionne sont une inspiration pour créer, pour partir, pour les suivre, pour me diriger vers une nouvelle aventure. C’est ainsi que Jean m’a donné l’idée de quitter Montréal pour Gaspé, c’était son rêve, c’est devenu ma réalité. Olivier m’a aidée à y rester pendant plusieurs années ainsi que les hommes de « La Boîte Blanche » (centre d’art communautaire), sans oublier Sébastien. Christophe, qu’on appelle aussi Gyraf, m’a inspiré la France, à Neuilly-Plaisance. Thomas m’a souhaité « bienvenue dans mon corps » à Lyon. Maël m’a donné un refuge à Salon-de-Provence, Izzy m’a aimanté vers le cœur de Brocéliande. Simon m’a dit : « On pourrait se recroiser à Barcelone ». Jangel m’a donné la possibilité de m’arrêter « to make a little hOMe » et puis, je l’ai suivi à Stuttgart, Leipzig et Berlin. Lorenzo m’a guidée en vélo, j’ai traversé l’Est et j’ai pédalé jusqu’en Roumanie en compagnie de Fred. Tous ces inspirateurs ont fait voyager mon corps, mon cœur et mon esprit.

Ces hommes se sont faits guides sans le savoir. Chaque fois, cette forte attraction m’a donné une énergie soudaine pour aller les rejoindre ou leur plaire. J’ai voulu m’arrêter, je me suis dit que c’était un peu trop fou et que c’était très facile de m’oublier et de m’épuiser de cette façon. Mais, étonnamment ou non, je crois que l’on apprécie ce que l’on est. Ils représentent tous différentes parties de moi que j’ai ou que j’avais besoin de mettre de l’avant. De plus, ils sont là, dans ma mémoire, comme des symboles de différentes manières d’être. Que ce soit pour écrire plus, chanter plus juste, aiguiser mes mots, rire courageusement devant les obstacles, habiter mon corps, rester stable comme une montagne, faire de ma vie un beau grand spectacle ou ritualiser chaque étape, je pense que c’est probablement aussi sage de se laisser guider par les clins d’œil de la vie et… de le faire amoureusement ! Mais, qu’est-ce que cela signifie ?

Tombée amoureuse

Cette expression « tomber en amour » ou « tomber amoureux » est très utilisée dans le langage populaire. « Tomber » est un verbe juste si on se laisse tomber à genoux en mettant l’autre sur un piédestal. On l’admire, il ou elle est impressionnante (e). Je suis tombée maintes fois et j’ai dû à chaque fois me relever. Réaliser que tomber est facile, mais que de se redresser est plus difficile parce qu’en relevant nos genoux et en nous mettant face à face, nous nous devons de nous redonner cet amour, faire la balance, être équitable. Donc, pour ma part, je l’ai changé, consciencieusement pour m’imprégner d’un verbe plus sain : Être !

Vouloir à la vie, pouvoir à l’Amour

Mon oncle, mentor spirituel, m’a souvent parlé et écrit à propos de l’amour. Il a écrit un livre « La connaissance exacte de l’Amour véritable ». Il disait « véritable » pour le dissocier de la relation amoureuse, de l’attachement, de l’appréciation et de l’attraction sexuelle. Il disait simplement « L’amour n’est pas une position du corps, mais une disposition du cœur ».

C’est ainsi que j’ai appris auprès de lui à m’aimer en premier, à être ma meilleure amie, à me prendre avec douceur, à me récupérer quand je ne réussissais pas. J’ai appris à sortir du jugement pour entrer dans l’amour. J’ai compris que cette puissance était le seul pouvoir réel, le pouvoir d’être centré dans cet état amoureux envers moi, la vie et les miroirs m’environnant. J’ai compris que j’avais pour mission de m’aimer chaque jour et que si j’échouais, l’amour était et serait mon seul sauveur, ma seule ordonnance, mon seul ordre et ma seule obligation pour rester en saine vie.

Pour résumer sa définition de l’Amour véritable, je dirais que c’est un principe harmonieusement mélangé entre la bonté de cœur, la miséricorde, la compassion, l’acceptation, la gratitude et la magnanimité. Une définition qui, pour moi, est à mettre au tableau de son temple intérieur afin que chaque jour, on y œuvre.

À la racine

Le premier chakra situé au périnée est un point d’énergie lié à notre système reproducteur qui nous donne la possibilité de renouveler notre créativité. L’orgasme a une essence spirituelle, il cache en lui l’affiliation avec chacun d’entre nous en réduisant en cendres notre ego afin d’être l’énergie de l’amour divin. Pour mettre en éveil ce chakra, il s’agit de redécouvrir et de recréer une nouvelle forme de sexualité autre que celle qui est écrite en gras dans notre société, une qui s’inspire sans préjugés et avec un esprit entier et sain. Le quatrième chakra situé au milieu du thorax est notre chakra du cœur. Il nous donne la clarté de reconnaître ce qui nous convient, de faire nos choix, d’avoir confiance sans aucune attente en laissant aller nos désirs non essentiels.

Le tantra nous enseigne que pendant l’acte sexuel, l’homme pénètre la femme par le corps et la femme pénètre l’homme par le cœur. C’est ainsi que la fusion et l’échange de l’amour et de l’acceptation, de la pulsion physique et de l’énergie divine nous amènent à considérer que l’amour et la sexualité sont des portes spirituelles de santé.

Et maintenant !

Alors avec tout cela, mon expérience et ces connaissances, j’aurais tendance à croire que je suis passée maîtresse en matière d’amour, pourtant, chaque jour, j’ai besoin de me le rappeler. Ici, j’ai rejoint mon amoureux, mais il est impératif que je me donne cet amour, surtout en ces temps où ma santé est instable. Ce texte d’ailleurs est une bonne façon de partager ma fragilité et de me remémorer d’être constamment dans ce chemin d’amour.

C’est une voie studieuse que celle d’être amoureuse !!!

 

Références:  

Prieur, André, écrivain et chansonnier

Tous mes professeurs, les hommes

Lörler, Marie-Lu, Shamanic Healing within The Medecine Wheel, Brotherhood of Life Publishing, 1989, 270 p.

92_aube-texte-erable-01-M

 

Les commentaires sont clos.