L’âme du monde renaît du fond de l’humain

par Raphaël Zummo

L’oeil humain, dans l’obscurité, s’est égaré.
Jadis fondu aux secrets essentiels vivants,
Relié à l’âme des êtres simplement,
Il buvait la lumière, qui l’a façonné.

Mains tenant ce jour passé de pure beauté,
Une nostalgie inédite s’enfouit
Là où devra renaître la vie de l’esprit,
Au doux croisement du coeur et de la pensée.

Mais l’aube, qui s’élance en l’enfant, retentit.
Des pensées saintes veulent féconder le coeur;
Et ce coeur offre au penser si vive chaleur,
Pour que d’ardeurs unies les humains soient emplis.

Dans la quintessence du cosmos contemplé
Vit le foyer d’une vraie réconciliation.
À travers la mutuelle compréhension,
Peuvent rejaillir enfin les secrets cachés…

L’âme du monde renaît du fond de l’humain
Et évoque une parole brûlante:
“La robe des Dieux se révèle étonnante
En dansante Nature, reflet de vos seins.”

Le désir de paix regagne les volontés.
L’oeil reconnaissant la Main de son baptême
Voit à nouveau l’Esprit, en la pierre même,
Et l’avenir grave pacte de Vérité.

“Aigle feu, voyance sublime, sois en moi!
Pour que le Verbe des âmes je décèle
Et qu’en mon front naisse communion nouvelle.
Oui, aigle feu, regard sans faille, sois en moi!”

“Lion d’or, force d’équilibre, sois en moi!
Pour que ma présence devienne constance;
Ciel et Terre, par mon souffle, une danse.
Oui, lion d’or, coeur de la santé, sois en moi!”

“Vache et crapaud, laboureurs purs, soyez en moi!
Pour que la Terre je sauve du désastre
Et que par joie calme, je voyage en astres.
Oui, animaux de terre et d’eau, soyez en moi!”

“Arbre, croissance immaculée, sois en moi!
Pour que le rythme du monde je saisisse
Et qu’au clair de ma conscience il se hisse.
Oui, arbre, dévotion solaire, sois en moi!”

“Rocher, ossement des Créateurs, sois en moi!
Pour que la musique des sphères j’écoute,
Devenu tes cristaux qui seuls désenvoûtent.
Oui, rocher, écriture du ciel, sois en moi!”

L’âme du monde renaît du fond de l’humain,
Telle la femme de l’arc-en-ciel dévoilée:
“Je suis le chemin du paradis incarné,
Par moi se fait le mariage d’Art divin.”

Les commentaires sont clos.