Chronique du Ti-Tamis: Spécial Yang

par Sarah Maria

Presque déjà l’hiver qui frappe à nos portes… un peu de soleil pour ranimer les jours gris? Eh oui, après plusieurs commentaires d’hommes concernés par leur santé, j’ai décidé de vous faire plaisir et d’écrire une chronique spécial YANG. Tout spécialement pour vous messieurs. Je dois avouer que ce n’est pas évident d’écrire des conseils sur des états qu’on ne vit pas ou qu’on vit moins. J’ai donc fait appel à mon homme intérieur, à mes amis masculins bien dans leur corps et à mes précieux livres pour m’inspirer ce mois-ci. Un autre défi, c’est que selon mes observations, les hommes ont moins tendance à se précoccuper de leurs malaises et à prendre quotidiennement des tisanes ou de la médecine. Le mieux serait dès lors d’intégrer peu à peu dans votre alimentation et dans votre rythme de vie ce qui vous convient.

Je parlerai beaucoup dans cet article d’aliments favorisant la vitalité sexuelle, car c’est quand même l’énergie la plus facilement utilisable par les représentants de la polarité Yang sur la Terre. Votre organe sacré ne sert pas juste à faire des bébés, ni même à jouir, il vous donne surtout votre énergie vitale. Bien sûr, il ne suffit pas de stimuler cette énergie, il faut aussi la faire circuler et se servir de ce magnifique réservoir d’énergie. On peut utiliser pour ce faire les visualisations, la respiration ou les arts martiaux. Plusieurs techniques ancestrales existent dans les pratiques tantriques et taoïstes.

La première clef de la santé masculine: bouger! On a tous besoin de bouger pour garder un équilibre physique, mental et émotionnel. Mais de par votre constitution, vous avez des besoins plus grands de stimuler le cardio-vasculaire et de réoxygéner ces cellules qui pensent beaucoup parfois… jogging, sport, yoga dynamique comme le ashtanga, les arts martiaux. Votre mantra à vous c’est: faut que ça circule! Je pense vraiment que c’est la chose la plus importante pour prendre soin de votre temple.

ÉNERGIE! prise 1: la consommation quotidienne de café draine continuellement de l’énergie. Par ailleurs, elle diminue de beauoup les capacités sexuelles. Plusieurs herbes sont stimulantes sans affecter votre santé, on en reparle dans quelques lignes. Mais le plus important, c’est de dormir. Arrêter de se prendre pour Superman et se donner des heures suffisantes pour récupérer. Mettre tout à off. On l’oublie parfois. L’idée, là, c’est de ne pas attendre d’être malade pour s’occuper de soi (ou que quelqu’une s’occupe de vous!). Deuxième chose: une sexualité active vous garde en forme et entretient votre énergie, surtout si vous entretenez votre semence sacrée. La sexualité entretient votre vitalité sur tous les plans, ça on l’oublie moins…

Programme remplace-café et équilibre nerveux:
Étant amatrice de ce goût et de cet arôme délicieux, j’imagine combien il est difficile de se priver de ce stimulant. Mais il existe des alternatives soit moins dommageables soit totalement inoffensives. On prendra la scutellaire (scutellaria lateriflora) au moins une semaine avant de commencer le sevrage, en infusion, minimum 2 tasses par jour. Puis, quand on est prêt, on a le choix: soit on y va au début avec d’autres stimulants comme le thé ou le maté, soit on peut prendre plus de risques et expérimenter des stimulants moins forts comme le noix de kola et la noix de muscade râpées (éprouvées par des amis et ça a marché!).

Routine du matin:
On commence par prendre une cuillérée à soupe de pollen à jeun, quinze minutes avant d’ingérer quoi que ce soit d’autre à part de l’eau. Ensuite on se fait un café santé. Recette, en ordre de quantité: noix de kola, noix de muscade, racines de pissenlit légèrement grillées à la poêle. On moud tout ça dans un moulin et on passe au filtre comme pour un café – ou on le fait en décoction. On mettra graduellement moins de kola et plus de pissenlit. Le pissenlit (taraxacum officinalis) aide l’organisme à se détoxifier et équilibre la glycémie. Le kola stimule et accompagne le système nerveux. La muscade (myristica fragrans) est stimulante, euphorisante et travaille sur la stabilité émotionnelle: déprime, irritabilité, apathie… tout en favorisant le sevrage. Prendre cette dernière à court et moyen terme seulement: à long terme, ses alcaloïdes peuvent endommager votre système nerveux.

Le soir, on boira la scutellaire – qui est une merveilleuse plante pour vous messieurs. Elle nourrit le système nerveux et le rééquillibre, quel que soit son état: du stress à l’angoisse, en passant par les déséquilibres sexuels et l’épuisement. Buvez-en en masse de cette grande amie! Combinée à l’avoine fleurie (avena sativa) et le pavot californien (eschscholtzia california), cela fera une tisane d’accompagnement lors d’un sevrage, calmera les émotions de colère, d’impatience, de peur, de déprime, d’insomnie, de fébrilité.

ÉNERGIE! prise 2
Adrénaline power, votre système endocrinien est constamment sollicité et a donc besoin qu’on s’occupe de lui. N’oublions pas les ginseng coréen et américain (panax ginseng et quinquefolium) et sibérien (hemidesmus indicus) et l’astragale (astragalus senticosus). Ces racines sont adaptogènes: elles aident l’organisme à s’adapter lors de situations de stress, de surmenage, de fatigue accumulée, de changements intérieurs et extérieurs. Le ginseng pourra accroître les facultés de mémoire et de concentration, en plus d’être stimulant et aphrodisiaque. Préparez-vous une décoction que vous amenez avec vous dans la journée ou plus simple, mâchouillez-les en baisse d’énergie ou pour le plaisir. Elles sont toutes deux excellentes – bio bien sûr!

Le thé vert (thea sinensis), même s’il contient de la caféine, peut très bien se prendre de temps en temps. Il a des grandes vertus antioxydantes, aide à éliminer les surchages pondérales et contient beaucoup de zinc et de magnésium (minéraux cités très souvent dans ce texte!). Une autre plante que j’aime beaucoup, c’est la damiane (tumera aphrodisiaqua). Elle est stimulante, aphrodisiaque et va elle aussi équilibrer le système nerveux. Elle va soutenir en cas de dépression et travaillera sur les problèmes d’impuissance. La menthe poivrée (mentha piperita) est une autre belle stimulante à petites doses, qui aidera l’organisme au lieu de le drainer. Je ne peux oublier de vous parler de la verge d’or (solidago spp). Son nom évocateur exprime bien son énergie; elle a souvent été utilisée par des magiciens et des rois pour entretenir leur virilité et démontrer leur puissance. La prendre en élixir floral stimule la vitalité, le soleil intérieur, chasse la dépression et apporte le rire.

À intégrer au quotidien dans la nourriture:
Les algues, reminéralisantes et équilibrantes, dont la fameuse spiruline délicieuse dans les frappés, vinaigrettes, popcorn et qui donne de l’énergie. Les oignons et l’ail sont réputés depuis que les hommes les connaissent pour favoriser la vitalité sexuelle. Les légumes verts, kale, fenouil et céleri en particulier selon Maurice Mességué. La fameuse racine de gingembre (zingiber officinale) qui stimule, réchauffe, fait circuler. Tout comme la cayenne (capsicum frutescens), qui est stimulante sans être trop demandante pour le cardio ou le système nerveux. Au contraire, la cayenne favorise la circulation, l’immunité et équilibre la pression sanguine. On traîne aussi une bouteille de concentré liquide dans le vinaigre qu’on prend directement dans la bouche pour une bonne dose de feu ou qu’on ajoute aux vinaigrettes.

Le champignon reishi (ganoderma lucidum) est excellent trempé ou dans les soupes et a des propriétés adaptogènes qui ressemblent aux racines citées plus haut, en plus de son indéniable fonction de tonique général et immunitaire. Le persil (petroselinum crispum), quant à lui, rendra vos spermatozoïdes plus forts et plus nombreux grâce à son zinc, augmentera votre fertilité et préviendra et aidera à guérir la prostate grâce à son magnésium. Bien sûr, son fer et sa chlorophylle valent les épinards de Popeye! Votre énergie, votre appétit dans tous les sens en seront ravivés. Les graines de citrouilles contiennent aussi beaucoup de zinc, protecteur de votre prostate.

Lâche-moi avec ma prostate!
Bon, bon, je sais que beaucoup de mes lecteurs sont jeunes et vigoureux… mais il reste que la prostate joue certainement un rôle dans l’activité sexuelle. Elle est quand même très mal connue scientifiquement, cette glande mystérieuse. Ce qu’on sait, c’est qu’elle a un lien avec les androgènes, les hormones sexuelles mâles. Si on enlève ces hormones à un mâle, cela cause l’atrophie de sa prostate. Sa principale fonction est de sécréter un lait qui se mêle au sperme pendant l’éjaculation et qui aide à son transport en dehors du corps. Lorsqu’il y a inflammation de cette glande, l’urètre bloque, donc l’urine bloque, donc sérieux problèmes urinaires et même rénaux, vous voyez le portrait. Alors il faut en prendre soin de cette petite! L’alcool, le café, les aliments acidifiants l’irritent.

Le zinc et le magnésium lui font du bien. En cas de crise ou en cure annuelle pour les quadragénaires en montant, c’est l’épilobe à petites fleurs (epilobium parviflorum) qu’on prend en concentré liquide.

Des hommes et des abeilles: ces magnifiques déesses solaires vous donnent vraiment des outils efficaces et délicieux pour votre énergie masculine. Parlons du pollen, la substance sexuelle mâle des plantes productrices de graines. Ce sperme de fleur est réputé depuis sa découverte pour ses incroyables vertus de jouvence et son apport énergétique. De nombreux athlètes le vantent. Il est composé entre autres à 30 % de protéines et à 55 % d’hydrates de carbone, ce qui le rend très nourrissant. La cuillérée du matin vous donne de l’énergie, favorise la concentration, augmente le taux de globules rouges dans le sang, etc., etc. Et la gelée royale: cette nourriture de noblesse est en fait du cerveau d’abeille recraché. Ce qui ne lui enlève pas ses propriétés énergétiques, toniques et équilibrantes du système nerveux. Et le miel… et la propolis… il y en aurait tant à dire! Pour plus de renseignements, lisez Ode aux abeilles: pour l’amour de la terre dans Aube n°2. Enfin, les abeilles sont vraiment au service de l’amour et de la gente masculine, sachez leur rendre hommage pour toute leur générosité.

Voilà que le temps et l’espace viennent à manquer. Wow, finalement il y en a des ressources pour vous! Il n’en tient qu’à vous de connecter avec certaines plantes et d’en faire vos chouchoux.

Merci à vous tous les Pan, Siva, Krishna, Bouddha, beautés masculines divines, d’être des modèles d’action, d’ingéniosité et de sagesse. Vous m’enseignez le chemin pour trouver mon propre Yang et m’inspirez à prendre soin de mon Yin.
Références: 

Herbal Remedies for Men’s Health, Rosemary Gladstar, Storey Books, 1999

Cahiers Herbart: Verge d’or, Pissenlit, Yang: la prostate, l’Herbothèque inc.

Materia Medica, Caroline Gagnon et Valérie Lanctôt-Bédard, 2002-2003

www.herbespures.com
… et l’expérience empirique de plusieurs amis!

Les commentaires sont clos.