Chronique du Ti-Tamis: Spécial Yin (partie 2)

par Sarah Maria

Enfin la saison où tout recommence à bouger, où les feuilles s’ouvrent et les fleurs nous charment de leurs odeurs printanières! Alors on continue ce mois-ci avec

Les 4 étapes du cycle féminin
La connaissance de soi passe par une connaissance de son corps. Les anciennes savaient s’harmoniser au flot du cycle lunaire, au rythme de la Nature. Il est possible d’en faire autant si on comprend les fluctuations hormonales qui nous habitent. Voici un bref aperçu de ces cycles et des alliées qui les accompagnent. Je vous souhaite vivement de pousser la recherche plus loin…

1) Lunes: le début du cycle
Réglées par les anciennes avec la lune noire, les lunes (menstruations) sont un temps d’arrêt, d’introspection. C’est un moment d’inspiration qui était respecté et honoré au sein de la communauté autochtone – les femmes avaient leurs lunes en même temps et passaient cette période en retrait, dans des loges de lune.

Les lunes commencent lorsque le corps jaune (cavité qui se forme à la place de l’ovule lorsqu’il est expulsé de l’ovaire) arrête brutalement de sécréter la progestérone. C’est le début de la montée des oestrogènes. On peut se sentir plus fatiguées, moins communicatives. C ‘est une belle opportunité pour nous de nous arrêter et de rester à la maison, de créer, de voir nos amies, d’évaluer le mois passé et de réévaluer le futur. Pour se respecter et sortir de l’image de la femme Tampax, on peut utiliser des alternatives à l’hygiène féminine (voir les alternatives à l’hygiène féminine dans Aube no 4).

On mange des épinards, on boit de l’ortie et de la patience crépue pour le fer. On mange des algues pour les minéraux, on boit des huiles contenant des acides gras (une cuillerée à thé par jour seule ou dans la vinaigrette). On se prépare une bonne soupe aux racines de bardane, algues et miso.

Pour les crampes: le framboisier est l’allié number one des lunes, mais si les crampes sont insoutenables, le pimbina (viburnum trilobum-crampbark en anglais!) en teinture-mère est extraordinaire. Utilisé depuis toujours par les femmes autochtones, ces fruits d’un bel arbre de chez nous soulage très efficacement les crampes dues aux contractions de l’utérus. On en prend 10 à 30 gouttes au besoin.

Ma toute simple tisane des lunes: framboisier, ortie, achillée.

Autres herbes à découvrir: agripaume, actée à grappes noires en petite dose, alchémille, qui sont antispasmodiques et calment les douleurs.

Lunes trop abondantes: infusions de bourse à pasteur (capsella bursa-pastoris), plante hémostatique.

Et du repos, on sort nos tarots, on médite, on respire, on dort, on boit beaucoup d’eau… sans oublier la bonne vieille bouillote d’eau chaude !

2) Action: l’énergie de concrétisation
C’est un moment où l’on se sent régénérées, prêtes à passer à l’action. On a de l’énergie, on peut mener plusieurs projets de front, c’est le temps de foncer! On a plus de facilité à communiquer et à tisser des liens.

On boira des plantes toniques cardiaques comme l’agripaume, des soutenantes des surrénales comme la réglisse et l’angélique, et du système nerveux comme l’avoine fleurie et la scutellaire. On peut toutes les mélanger: un peu de racines d’angélique (goût prononcé) et de réglisse (sucré), quantités égales des autres plantes, on peut y ajouter du gingembre pour un effet stimulant – à ajuster selon le goût et l’effet.

On commencera aussi à prendre notre carotte sauvage, en teinture-mère (10-20 gouttes/jour) ou les graines moulues (une cuil. à soupe/jour), un contraceptif naturel qui pousse au Québec – utilisé lui aussi par les anciennes.

3) Ovulation: le charme facile
Tout le monde est beau, la vie est simple. Notre spontanéité est à son plein, notre charme aussi, la libido est présente, on se sent plus proche de la Nature, très inspirées. C’est sûr, c’est notre aspect sauvage, animal, notre désir conscient ou inconscient d’enfanter qui se manifeste. On peut se sentir plus insécure face au futur, avoir besoin d’une stabilité matérielle, avoir des rêves… il est normal aussi vers la fin de se sentir triste sans raison. Peut-être que dans l’inconscient, sentir qu’on n’enfantera pas ce mois-ci, c’est comme une petite mort à chaque fois…

L’ovulation, qui dure 24 heures, survient toujours 2 semaines (14 jours) AVANT les prochaines lunes. C’est possible, avec une connaissance de ses cycles et de son corps, de pratiquer la contraception naturelle. On s’harmonise avec la lune (lunaception). On regarde l’aspect de notre glaire, on compte nos cycles, on prend notre température. PAS de relations sexuelles non-protégées 3 jours avant, 2 jours après. On prend de la carotte sauvage (daucus carota) en teinture-mère (10-20 gouttes 3 fois par jour) qui empêche le spermatozoïde de se fixer à l’ovule – au cas où…

Ai-je besoin de vous donner des faits sur la pilule anticonceptionnelle et ses acolytes ?

En plus de couper la femme de son lien à son corps en induisant une fausse grossesse, la pilule provoque “jusqu’à 150 changements chimiques”, une augmentation des cancers, des maladies cardiaques, des allergies, une déficience du système immunitaire, une baisse de l’action des surrénales, une intolérance au glucose, et j’en passe.

Il est bon de favoriser l’équilibre hormonal avec les plantes phytoestrogéniques citées plus tôt.

4) Prélunes: les émotions intenses
Les prélunes surviennent après l’ovulation, quand la progestérone est sécrétée par le corps jaune pour préparer la nidation. Lors de cette montée de progestérone, on se sent plus intérieures, et on est très sensibles à tout ce qui se passe à l’extérieur. Notre inconscient se manifeste, entraînant des émotions parfois intenses! Attention aux discussions compliquées, aux attentes. C’est un moment idéal pour voir notre ombre et travailler avec elle. On peut avoir des belles prises de conscience, des visions. On s’entoure de gens qui sont capables de nous accueillir dans cet état, sans toutefois dépendre d’eux.

On se prépare toujours pour les lunes une semaine avant, pour éviter les crampes et les débordements émotifs: pendant cette période, pas de sucre, café, laitages, gras, sel. Continuer les acides gras essentiels, en gélules (Joy de la marque EHN passe le test avec moi ces temps-ci !) ou en huiles. Manger des légumes et fruits crus, des légumineuses, des noix, du lait de soya. Pour aider lors d’un rush de sucre, boire du pissenlit et de la réglisse, qui régularisent la glycémie. Manger des pommes de terre et des protéines pour remplacer le sucre, et du stévia.

Pour bien se préparer, on boira les mêmes herbes que pendant les lunes, et on peut prendre de la barbe de maïs (zea mays) pour prévenir la rétention d’eau. Et voilà, la progestérone va cesser et le cycle recommence avec un beau temps de purification…

Bonnes explorations! Pour la saison de l’action, prochain mois: Ti-Tamis YANG!

 

Pour terminer, voici quelques ressources et références…

Pour en savoir plus sur la contraception naturelle: SERENA Québec (514) 352-1179

Pour des recettes de grossesse: Spiritual Midwifery, de Ina May Gaskin

Pour des recettes d’avortement naturel: lire Il fait toujours chaud dans les culottes des filles, qu’on trouve au centre Elle Corazon et à la Bottine aux Herbes à Montréal.

Centre Mona Hébert: (514) 523-0745

Centre Elle Corazon (vêtements, alternatives féminines, documentation)
176, rue Bernard Ouest (514) 273-3933

L’alchimiste, rue St-Denis (herbes bio)

La Médecine des Femmes, Mona Hébert, Éditions du Roseau

Wise Women Herbal, Susun Weed

Herbal healing for women, Rosemary Gladstar, Storey Books Editions

Women’s encyclopedia of natural medecine, Tori Hudson

Une méthode coordonnée de planification des naissances, Margaret Nofziger

Le guide santé de votre armoire aux herbes, Danièle Laberge et collaboratrices

Des plantes qui guérissent, Marie Provost, éditions Bibliothèque Québécoise

Encyclopédie des plantes médicinales, Andrew Chevalier, Sélection du Readers Digest

Les Cristaux de la Sexualité, Johanne Verdon-Labelle, éditions Fleurs Sociales

Lunaception, Louise Lacey, éditions l’Étincelle

Les commentaires sont clos.