Définir sa vision

par Carole Ricard

La vision du mouvement mondial des écovillages est de fournir une alternative au mode de vie actuel dégradant la planète de ses ressources naturelles et l’être humain de ses émotions, intuitions et sensations pour se confondre dans un environnement de production robotisé. L’écovillage offre une occasion de vivre près de la nature, en interdépendance avec elle, dans un cadre communautaire répondant aux besoins de l’individu et non aux besoins d’un système de production de produits et services profitant à une minorité d’individus.

Par contre, la vision de votre projet d’écovillage peut être plus spécifique, régionale ou locale. Elle peut faire référence à la satisfaction de besoins criants localement, tels les logements sociaux ou la production de semences et légumes biologiques.

Créateurs, nous le sommes lorsque nous visionnons l’écovillage concrètement. Autrefois, les petites communautés rurales se créaient spontanément par l’établissements de quelques colons ou pionniers et ensuite le reste n’est qu’histoire. Ces pionniers n’ont sans doute pas eu à se poser autant de questions pour créer leur village. La structure organisationnelle existante leur suffisait de base de référence. Aujourd’hui, nous avons le devoir et l’opportunité de créer entièrement, l’écovillage.

Comme le mentionnait Hildur Jackson, co-fondateur de Gaia Trust au Danemark et de GEN (Global Ecovillage Network)  : «Créer  un écovillage, c’est définir une toute nouvelle culture. Trouver un morceau de terrain, un groupe de personnes motivées et les mettre ensemble, prendre une vision et la rendre concrète. Dessiner les maisons, un système énergétique qui s’y intègre, un système de production alimentaire, l’emplacement pour le rangement et l’entreposage de ces aliments, et un système économique sont nécessaires. Tous les aspects de la vie ont à être redéfinis. Le plus grand problème est souvent celui de la résolution des conflits ». (1)

Une vision peut se définir comme une représentation visuelle de l’avenir.  Peu de nous sont visionnaires. Si vous êtes de ceux ou celles-là, l’écovillage que vous voyez ne saura se réaliser que si vous reconnaissez et vous affirmez votre perception, votre vision, d’abord à vous-même et ensuite aux gens avec lesquels vous désirez la réaliser. Quant à tous les autres qui ne sont pas visionnaires mais qui vibrent en entendant parler les visionnaires, reconnaissez  votre pouvoir créateur sans lequel les visionnaires ne pourraient pas réaliser leur vision. Il est clair que la synergie des visionnaires et des bâtisseurs est  nécessaire pour la réalisation d’un écovillage. Nous ne parlons pas d’un développement domiciliaire à caractère écologique réalisé par des promoteurs immobiliers, nous sommes en présence d’un mouvement planétaire d’ouverture de conscience et de notre pouvoir créateur. C’est la propulsion stimulée par le jaillissement de la flamme de la passion qui saura vous faire passer au travers de toutes les étapes de ce long processus créatif, et ce, en groupe.

Un écovillage ne saurait se réaliser par des décisions d’individus éparses et non reliés entre eux, il ne s’agit pas de créer un projet avec des gens talentueux travaillant séparément sur des aspects différents d’un méga projet comme la construction d’un centre d’achats. L’écovillage est une création collective où toutes les décisions fondamentales de base, au point de départ, doivent être prises par un petit groupe de pionniers créateurs formé de visionnaires et de bâtisseurs. Par la suite viendront s’ajouter des gens de différentes natures. Mais soyons réalistes; il vous faut VOUS reconnaître d’abord pour vous afficher et vous affirmer comme tel. Alors visionnaire ou bâtisseur ?

Ceci étant fait, prenez le temps de bien rêver, idéaliser et visualiser votre écovillage comme vous le désirez sans limites ni restrictions. Rappelez-vous: Visez la perfection, celle dans laquelle vous vous voyez vivre et élever vos enfants, travailler et être heureux. Représentez-vous votre projet d’écovillage, dessinez-le, affichez-le, empreignez-vous de son potentiel de réalisation. Cette vision sera votre perpétuelle source d’inspiration. Elle permettra également aux autres de mieux saisir toute la portée et le sérieux de votre aventure. Pour certains, cette vision semblera paradisiaque, tant mieux, nous avons tous le droit de réaliser nos rêves. Ne négligez pas votre vision!

C’est par la vision que l’on peut clarifier nos valeurs et les faire ressortir. C’est par la vision que l’on arrive à faire voir, percevoir, ressentir et sentir aux autres toute l’ampleur de la beauté et de la suffisance d’un projet. C’est une première étape cruciale qui vous permet d’extrapoler à l’infini de la capacité de surmonter les obstacles qu’a l’être humain, de créer vraiment ce qu’il croit être le meilleur pour lui et l’environnement. Sans limiter cette période de perceptions, vous avez l’avantage de permettre éventuellement aux autres d’ouvrir à leur plein potentiel, s’ils le veulent bien, et de constater à quel point il n’en tient qu’à nous de réaliser ce qui nous plaît dans la vie. Nous sommes les seuls à nous limiter continuellement et à reconnaître chez l’autre plus de pouvoir que nous n’en avons. Foutaise ! Il est bien temps que ça change…créez au mieux !

(1) Jackson, Hildur , The Earth is our Habitat, what is an eco-village? p.24,  proposé par  Gaia Trust et GEN (Global Ecovillage Network), édité par Hildur Jackson, Juin 1996

Les commentaires sont clos.