Un chauffage… vers l’avenir

par Gabriel Callender

Historique
Le principe du poêle de masse existe depuis la nuit des temps. De l’homme des cavernes, chauffant les murs de sa grotte  pour profiter des rayonnements des murs pendant la nuit, jusqu’à nos jours en passant par la Chine avec ses murs en porcelaine à double courants, jusqu’aux Romains chauffant leur piscine olympique, aux Russes, incorporant leur lit sur le poêle.

L’historique est long jusqu’à nos jours. Au Québec, l’histoire de ces grands poêles commence par les nouveaux arrivants vers 1800 des frères Smolenski.  Ils commencèrent leur production en 1820, jusqu’en 1890.

Efficace
C’est avec les alternatives des années 70 que commencent un nouvel essor pour ces systèmes de chauffage unique et efficace. Des gens tels que Norbert Senf, Jerry Frisch et Albie Barden diffusèrent leurs connaissances pour former une nouvelle génération nord américaine de constructeurs de foyer de masse thermique. Rendant ceux-ci par le fait même plus esthétiques et efficaces de par leur construction à double parois, leurs longs conduits et leurs chambres à combustion secondaire brûlant leurs gaz de 1800 à  2000 degrés F.

La chaleur sortant de la cheminée est entre 350 et 450 degrés F, ce qui leur donne une efficacité générale de 80% maximum. La perte de 20% vient du fait que les 10 premières minutes, la boîte à feu n’a pas atteint les 1200 à 1500 degrés F et que pendant la durée de combustion, l’entrée d’air est à son maximum perdant ainsi une partie de son efficacité.

La durée de combustion totale est d’environ une heure et ce n’est que 4 à 6 heures plus tard que le foyer commence à  radier sa chaleur pendant 12, 24, 48, 72 heures, tout dépendant de la demande énergétique extérieure, selon les saisons.  La variation de température sur une période de 12 heures varie entre 2 et 4 degrés, selon l’isolation de l’habitation.

Esthétique
Leur physionomie peut varier énormément, de par leur style.  Ici en Amérique, le style le plus connu est le poêle Finlandais qui occupe un espace de 3 par 4 par 7 pieds de haut. La forme de ce type de foyer est difficilement transformable. Les autres styles tels que Suédois, Russe et Norvégien sont comme le Finlandais par leur caractère folklorique. Le poêle Autrichien-Allemand et le Finlandais sont deux systèmes très efficaces, cependant ce premier se prête bien aux caprices esthétiques

Évolutif
À tous ces poêles, il est possible d’ajouter serpentin(s) pour eau chaude domestique, plancher(s) et ou calorifère(s), sans oublier la cuisinette de masse.

Confortable
Leurs accessoires rendent une demeure très confortable avec une différence de 2 à 4 degrés  sur une période de 12 heures.   L’eau contenue dans l’air ne subit pas d’évaporation car le poêle chauffe en deçà de 200 degrés (entre 125 et 185 degré F) donc conservation des ions négatifs qui sont bénéfiques pour la santé.

En tout temps on peut se coller au poêle sans se brûler et faire l’amour sur le banc chauffant et se dire des petits mots doux….

On peut également chauffer les portes ouvertes pour faire un feu d’agrément.

Sécuritaire
De par ses parois épaisses et la durée de son feu d’une heure environ sur une période de 12 à 24 heures, le foyer de masse devient très sécuritaire.

Economique
Avec un à deux feux par jour, dépendamment des saisons, le foyer de masse est énergétiquement économique.   Donc, pour une maison de 1500 à 2500 pieds carrés, vous utiliserez approximativement de 6 à 8 cordes de bois de 16 pouces; de 2500 à 3500 pieds carrés, de 8 à 10 cordes de bois;  et de 3500 à 4500 pieds carrés, de 10 à 12 cordes de bois.

Ces chiffres sont pour du bois franc et ce, de septembre à juin.  On peut chauffer le foyer de masse avec du bois mou tel que tremble, sapin et aulne.  Il faut se rappeler que pour chaque BTU donné, vous récupérez 80 % réellement, donc vous aurez besoin d’une plus grande quantité de bois mou.  La seule contre indication pour le bois mou est le pin qui a trop de résine.

Ecologique
Deux tiers de la valeur énergétique du bois  vient des gaz qui commencent à brûler à 1100 degrés.  À 1600 degrés, tous les gaz sont brûlés, sauf le CO2.  Dans l’écosystème, le CO2 est récupéré par la végétation existante, donc le cycle devient complet.  Il est essentiel de garder en tête que la matière organique, qu’elle soit brûlée ou en état de décomposition, va dégager la même quantité de CO2.

Vers l’avenir…
Pour une planète en santé, en harmonie avec l’écosystème, l’humain a tout intérêt à choisir ce système de chauffage économique, écologique, favorisant la santé et le confort de toute la famille.

À vos poêles… prêts… chauffez!!!!

Les commentaires sont clos.