Éditorial: Aube est un phénomène !

par Philippe Laramée

En l’espace de quelques mois à peine, il est maintenant disponible à plus de 80 endroits au Québec. Comment fait-il pour survivre (et grandir) malgré l’absence de publicité vous demandez-vous? Excellente question… à vrai dire,comme le dirait le nouvel adage, acheter, c’est voter!

Au commencement de cette expérience, maints commentaires fusèrent de part et d’autre concernant le prix trop élevé de Aube, comparativement à d’autres magazines sur le marché. « Bon, c’est vrai, mais est-ce que Aube est réellement un magazine?… »

Le concept de Aube est novateur sur tous les niveaux. Que ce soit par le papier utilisé, que par la pagination évolutive, que par son concept d’encylopédie de références… en passant par sa reliure ET son absence de publicité… Il se situe entre la revue, le livre, l’encylopédie et l’oeuvre artistique. Bref, il est tout SAUF une revue jetable au contenu périssable. C’est une information que l’on conserve, qu’on relie et aussi, qu’on fait circuler.

Voilà pourquoi l’information se retrouve gratuitement sur notre site internet. Nous croyons qu’il est important, si nous voulons passer à l’étape suivante dans le long parcours de l’humanité, de proposer des solutions à l’impasse que vivent actuellement nos civilisations.

Plus il y aura de gens qui liront Aube, et plus rapidement s’effectuera les changements nécessaires à nos sociétés. Éduquer sans imposer… voilà un de nos mandats.

À voir la réaction des lecteurs-lectrices après seulement 6 mois d’évolution, je crois que Aube arrive à une conjonction très particulière où les êtres de cette terre sont réceptifs et ouverts à cette forme de connaissance.

Je vous encourage donc à prêter celui-ci à vos parents et amis, à le donner en cadeau, et à consulter notre site internet pour les articles qui vous manquent, et que voyage Aube !

Ce que je trouve intéressant dans cette expérience, c’est de ne pas avoir l’impression de nager à contre courant. Les éléments se placent d’eux-mêmes sur notre parcours et c’est très encourageant.

A propos Philippe Laramée

Éditeur de Aube

Les commentaires sont clos.