Equilibrium

par Frère Ours

Symphonie celeste ou l’equilibre de la communaute                      

Le jour, la nuit, l’homme, la femme, sinus, cosinus, les montagnes russes du cosmos, roulant sur un fil éthérique. Up and down, up and down, ad vitam æternam. Une sensuelle valse cosmique, uno, dos, tres, para siempre. Une symphonie céleste orchestrée par Diesse (Dieu et Déesse), pour des siècles et des siècles; Amen.

Si nous avions une photographie de tous les univers réunis, nous verrions sûrement un beau paysage harmonieux et équilibré. Malgré les grands gouffres qui semblent parfois effroyables à notre échelle humaine, à l’échelle de Diesse, l’équilibre règne.

C’est l’addition de tous les déséquilibres, de tous les extrêmes, d’une polarité à l’autre, qui crée la beauté divine. Vus sous cette perspective, le mal et le bien ne sont que des valeurs humaines, se limitant à notre univers humain. Nous sommes tous lumière/énergie, des ondes vibrant à différentes fréquences. Mais pour la majorité d’entre nous, sur terre, nous avons choisi la fréquence de la matière incarnée. Nous sommes la reproduction d’une particularité de Diesse, et notre individualité, qui cherche à retrouver cet équilibre, permet à Diesse de s’exprimer et d’expérimenter toutes les facettes de la vie, lui ouvrant l’accès à la sensualité de sa création, issue de l’Esprit.

Maintenant, nous avons le choix de suivre le chemin de la Lumière ou celui de la Noirceur, qui, de toute façon, sont des parties égales de Diesse. Comme je présume, nous, les membres de la communauté, marchons vers la lumière, nous désirons retrouver l’équilibre originel. Retrouver notre état divin, nous fondre dans le Cosmos et goûter à la béatitude. Pour ce faire, nous devons suivre un itinéraire dicté par la matière et l’esprit, nos sens et notre conscience. Bien sûr, il n’y a pas de fausses routes, tous les chemins sont bons. Mais comme nous sommes des êtres de société, nous avons la chance d’y arriver ensemble!

Depuis que j’habite en communauté, et mêmeavant, je me questionne beaucoup sur l’équilibre d’une société, d’une communauté d’individus vivant intimement  en un même lieu. J’en suis venu à la conclusion qu’il y a certains facteurs qui maximisent l’harmonie au sein d’un groupe et qui favorisent l’équilibre.

Je vous partage humblement les résultats d’une recherche qu’on ne peut consulter, pour l’instant, que dans mon esprit.

Équilibre Yin/Yang : J’ai observé à maintes reprises (par exemple, dans mes nombreuses jam sessions), qu’un groupe d’hommes et de femmes en proportion égale était plus dynamique et souvent plus harmonieux. Les tensions sexuelles et hormonales s’atténuent, les hommes s’efforcent d’exprimer leur masculinité et leur pouvoir d’action pour plaire aux femmes, les femmes expriment leur féminité et leur sensualité pour charmer les hommes. Les couples se forment naturellement, chacun et chacune trouvant leur complémentarité. La musique, les chants, la danse (de la vie), tout s’harmonise plus facilement. La matière et l’esprit s’unissent en retrouvant un peu leur divinité de jadis.

L’énergie sur la terre où je vivais, était souvent très Yang. C’est d’ailleurs une des choses que j’appréhendais beaucoup avant de m’enraciner. Mes peurs se sont réalisées et j’ai constaté que mes prédictions  étaient vraies. Il y avait généralement plus d’hommes que de femmes, et cela a entraîné certains déséquilibres qui ont freiné l’ascension de notre communauté. Le contraire est, sans doute, aussi vrai. J’ai lâché prise du mieux que j’ai pu, même si je sentais un vide de Yin en cette partie de moi, l’enfant, l’homme, qui a besoin d’être nourri par ses sœurs, ses mères, ses grand-mères.

Équilibre de population : Afin de vivre sainement chaque aspect de la vie communautaire, il est crucial d’être en nombre suffisant. Trop peu ou trop nombreux entraîne un déséquilibre certain. Tout dépendant du niveau communautaire voulu, de la location géo-spatio-temporelle et des ressources disponibles, la communauté doit répondre à certaines exigences; la nourriture, les habitations, l’éducation, l’eau, l’énergie…

Nous étions relativement peu nombreux sur notre grande terre. Il y avait tellement à faire que les individus qui oeuvraient étaient débordés, et il y avait toujours ceux dont l’individualité empêchait de travailler en commun. Cela entraînait du surmenage, une perte de motivation et parfois même un abandon. C’était un autre obstacle à notre quête d’équilibre.

Trop nombreux n’est pas mieux! C’est d’ailleurs une des raisons majeures du grand déséquilibre de la société moderne. Une surpopulation, la disparition des petites communautés, l’exode de la campagne vers la ville, trop de gens entassés les uns sur les autres (un trop grand troupeau!). Ratopolis, un court-métrage scientifique démontre bien les répercussions négatives qu’engendre la surpopulation chez une communauté de rats!

Ratopolis démontre un taux de violence, de meurtres, de perversions, de cannibalisme très élevé, et même une séparation des classes ( alpha, bêta, oméga) dans la population de rats trop nombreux pour un endroit restreint. Et cela,  même s’ils ont de la nourriture en abondance. Ces comportements animaux extrêmes ne sont pas très loin de l’humanité citadine d’aujourd’hui. Trop d’individus en un endroit commun crée un stress qui met en péril l’harmonie de la communauté. Dans certaines tribus amérindiennes, on retrouve la coutume d’envoyer les jeunes couples vivre seuls durant l’hiver, période où la nourriture est moins abondante. Les jeunes mariés devaient se débrouiller pour subvenir à leurs besoins, prouvant ainsi leur autonomie vis-à-vis de la communauté, tout en diminuant le stress de l’hiver pour les autres membres de la tribu.

Dans un village écologique comme nous voulons bâtir, nous allons devoir réfléchir aux moyens de cerner l’équilibre de la population pour l’avenir.

Équilibre des âges: pour qu’une communauté soit à son apogée, elle doit, à mon avis, être composée d’un nombre d’enfants, d’adultes et d’anciens-iennes équilibré. Ces énergies en proportion relativement égales créent un beau mouvement humain, où les forces de tous et chacun-une sont mises à profit. La magie des enfants, l’efficacité des adultes, et la sagesse des anciens-iennes s’unissent pour établir un mode de vie épanoui. Je trouve désolant de voir à quel point le système contemporain isole les vieux dans les hospices, les enfants dans les écoles et les adultes dans le monde du travail et des loisirs. C’est tous ensemble, la grande famille élargie, que nous trouverons la paix, le chemin de l’équilibre.

On constate souvent les bienfaits qu’apporte un grand-père ou une grand-mère, à l’aide au foyer, pour l’éducation des enfants, avec leurs connaissances précieuses d’un passé qui est aussi le nôtre en tant que collectivité. Sur le plan spirituel, la communauté a également beaucoup à apprendre de nos aînés-es. Je n’ai pas besoin de préciser à quel point les enfants peuvent apporter un rayon de soleil en tout temps, au sein d’un groupe. Le plus d’enfants, le plus de magie! (de couches aussi, mais…) Merci à toutes les mamans qui ont enfanté, enfantent, et enfanteront. Faisons des bébés!

L’équilibre de l’individu : Je termine par ce qui aurait pu être le début, l’équilibre de notre être. Bien que dans une communauté fleurissante et en santé, le déséquilibre de certains-aines individus peut être supporté, même guéri, il est préférable que nous travaillions tous sur notre équilibre personnel. Notre équilibre Yin/Yang, que la femme et l’homme en nous s’aiment, s’écoutent et se respectent sans que l’un domine trop son alter-ego. L’équilibre des âges en nous. Nous sommes tous à la fois enfants, frère/sœur, père/mère et grand-père/grand-mère. Il est important de se laisser être tout ça lorsqu’il est temps et de ne pas s’isoler dans un seul moule d’adulte responsable. Nous sommes tellement plus!

Aujourd’hui, avec toutes les connaissances qui se partagent entre les cultures, les consciences qui émergent, et les nombreuses techniques de travail sur soi, il est de plus en plus facile de se rapprocher de la paix intérieure. Il suffit d’avoir un peu de volonté (Chi). Je n’ai pas encore la chance d’être arrivé à l’équilibre parfait, mais j’y travaille fort. Je suis convaincu qu’avec vous tous à mes côtés, j’y arriverai plus rapidement et de combien plus joyeusement.

Voulez-vous Danser?

Les commentaires sont clos.