hOMmage à la vie

par Marie-Ève

« Il y a deux voies de contemplation de Brahma, la source originelle.
Par le son et par le silence. Par le son nous atteignons au silence.
Le son de Brahma est Om. Quand OM cesse, le silence se fait … »

Maitri Upanisad

Alors que du plus profond de notre être naît l’appel de l’unité, de tout temps l’humain a su canaliser et développer des outils de contact entre lui et l’infini. De toutes ces pratiques et croyances, l’une demeure au fil des cultures et des âges d’une simplicité et d’une efficacité dignes de pureté. Comme il fut dit dans la genèse de la bible, Dieu créa le monde à partir du verbe, à partir d’une intention sonore. Cette vibration primordiale résonne jusqu’à nous sous la forme de la syllabe OM. Encré depuis des millénaires dans la tradition hindouiste comme la racine de tous les autres sons, le OM porte en lui le pouvoir générateur de fusion avec l’univers. Perçu comme l’origine perpétuelle de la création, comme ce qui sous-tend le cosmos, ce son sacré est en toutes choses, et bien au-delà…

La science actuelle arrive au terme d’une compréhension sur la nature fondamentalement vibratoire de toutes formes existantes du monde manifeste. Voilà que plus de cinq mille ans après l’établissement de la sagesse védique, qui par méditation arrivait déjà à une connaissance intuitive des processus inhérents à la matérialisation, les méthodes modernes reconnaissent maintenant avec preuves à l’appui, l’énergie comme ultime composante de notre monde physique. Puisque tout est une longueur d’onde, puisque tout vibre, il est facile de penser et d’expérimenter qu’avec les sons il nous est possible d’entrer dans les semences même de l’existence.

OM est un mantra, c’est-à-dire une syllable ou mot qui, à la pratique de sa répétition, mentale ou vocale, permet à l’esprit de se concentrer et de s’élever. Des racines sanskrites MAN pour mental et TRA pour instrument, le mantra permet d’imprégner le subconscient d’une direction stable et donc de calmer l’agitation du mental. C’est une force contenue dans un son; associé à la pensée, qui est aussi une force, il en devient d’autant plus créatif. Sur le plan physique, la répétition d’un mantra régularise la respiration, tout en l’approfondissant. Les effets vibratoires des émissions vocales activent différents endroits précis de notre thorax et de l’abdomen, permettant ainsi un massage de certains organes et vortex énergetiques. Dans le cas du mantra OM, sa puissance cosmique vient réveiller certaines mémoires originelles au sein même de notre constitution atomique.

Plusieurs traditions spirituelles portent en leurs pratiques l’utilisation de consonances très similaires dans leurs prières, que l’on pense au Amen des chrétiens (ce qui signifie en hebreu « certain, confiant »), au Amin des musulmans, au Shalom des juifs ou au Hum des tibétains…

Le OM est composé à la base des voyelles A (prononce AH) et U (prononce OU) et du M. Le son A est l’ouverture, le début, la réalité et sa radiance. Le O est associé à l’unité, la perfection, le U représente l’union entre l’esprit et la matière et le M, la dissolution de l’individu dans l’unité cosmique. D’ailleurs, en ce concentrant bien lors de sa récitation, le passage lent et profond de la vibration sonore dans notre corps permet de vivre ce procédé d’ouverture spirituelle. La syllabe prend racine dans le bas du ventre, pour monter tranquilement vers la cage thoracique où le son U prend place pour ensuite vibrer, les lèvres jointes, de la gorge jusqu’à la couronne (au sommet du crâne) sous la forme du M, résonnant dans toutes les cavités cervicales. Il est bon lorsque l’on chante un mantra d’apprendre à comtempler l’activation des innombrables cellules de notres corps, d’accepter de s’émerveiller, de s’abandonner au plus grand que nous.

Une écoute sincère et profonde de notre propre son OM nous amène à l’audition du Om universel omniprésent, qui n’est pas une expérience proprement physique, mais plutôt quelque chose que l’on éprouve par l’audition « interne ». C’est à ce niveau que l’expérience permet une harmonisation de tous les niveaux de notre être avec le cosmos.

L’une des pratiques profondement effectives du OM est celle de groupe. De cette simple voyelle émerge une possibilite d’invocation d’unité, de consensus sonore, d’ouverture commune. Réunis en un cercle, debout ou assis, tous lié énergetiquement pas nos mains jointes, le chant du mantra OM peut être vecu comme une merveilleuse célébration de la vie pareille en nous tous, une immersion volontaire et palpable au royaume de l’un, ouvert, au-delà l’individualité à une fusion fréquentielle, porteuse d’une nourriture énergétique revitalisante. Ce rituel peut donner lieu à un partage profond où la beauté des voix de chacun se syntonise dans une ode aux saveurs divines.

On peut voir les effets bénéfiques sur un groupe d’une telle pratique tant comme harmonisation lors de l’ouverture d’un cercle de parole ou comme sanctification au début d’un repas, recentrant chacun en lui-même dans un espace de connection avec son essence. Il est bon avant d’entamer le chant du Om, seul ou en groupe de s’offrir un temps de silence et de recueillement. Dans plusieurs cultures alternatives partout dans le monde, le rituel du OM en cercle fait partie intégrante d’un processus d’épanouissement communautaire.

Jusque dans sa visuelle typographique, le OM contient l’univers et les chemins qui y mène. La grande courbe du dessous représente l’état de rêve, la courbe supérieure tient pour l’état d’éveil et la courbe issue du centre symbolise un profond sommeil sans rêves. Le croissant représente « maya », le voile de l’illusion et le point au centre est le « bindu », l’état transcendant. Lorsque l’esprit individuel de l’être passe au travers le voile et se repose dans la transcendance, il est liberé des trois états mentionnés et de leurs qualités.

Que dansent vos sens dans le chant fusionnel de l’infini incarné … Hare OM tat sat

 

Références:

Pratique du yoga intégral, Jo Bianchi, éditions Maloine
Autobiographie d’un yogi, Paramhansa Yogananda, éditions EKY
Les secrets de l’extase, Nick Douglas et Penny Slinger, éditions Guy Tredaniel
La méditation, Paul Roland, éditions Flammarion

Les commentaires sont clos.