La yourte

par Hélène Cadieux

Il fait nuit, le ciel est clair, on ne peut voir les étoiles scintiller à travers la lucarne, car la lune est pleine et sa lumière aux cieux aveugle la mémoire de tout autre qui pourrait aussi y briller. Majestueuse, elle éclaire tout l’intérieur. Une branche de pin gratte ses aiguilles contre la toile, le vent la fait nous parler d’une voix étrangement familière. En bas, dans la vallée, hurlent des coyotes, qu’on croirait soudainement tout près de nous. Dans la yourte, on se colle avant de refermer les paupières.

La yourte est un type d’habitation traditionnelle mongole de forme ronde. J’en ai habité une durant un automne. Je m’y suis sentie à l’aise à tous les niveaux de mon être, et j’ai souvent contemplé, pendant ce temps, mon appréhension grandissante à l’idée de retourner vivre dans un espace cube à angles droits – forme courante des logis ici et maintenant. Non seulement j’aimais le style de vie simple, mais surtout la sensation de faire partie du monde naturel, tant par le contact direct des sens que par l’énergie dégagée par l’espace de ma tanière humaine. Ç’aurait pu être le mien, ce hurlement porté par l’écho sur la montagne un soir de pleine lune.

Tradition
À travers le monde, les habitations traditionnelles des peuples autochtones empruntent les matériaux et font écho aux formes harmonieuses du monde naturel. Le lien de ces peuples avec la nature, ses vibrations et énergies, est étroit.

La yourte est le style d’habitation traditionnel des steppes mongoles, aujourd’hui encore en usage majoritaire dans son pays d’origine. Depuis des siècles, des tribus nomades y parcourent les plaines avec leurs cheptels. Les crinières des chevaux battent au vent, les yaks résistent au grand froid qui vient avec l’hiver. Et la yourte y résiste aussi. Construite avec les matériaux disponibles, la charpente est de petits arbres, la toile de couverture est de feutre. La yourte est donc conçue pour être structurellement résistante, isolée et facile à chauffer, ainsi que facilement transportable sur une seule bête. L’efficacité de la yourte mongole réunit la force structurelle à l’utilisation minime de matériaux.

Composantes et principes
La yourte moderne nord-américaine vise à garder l’apparence de la forme ancienne en y associant la technologie moderne. Elle se compose d’un mur en treillis de bois, courbe de sorte qu’il ait la forme d’un cercle, et d’un câble de tension fixé à son sommet, sur toute la périphérie. Sur celui-ci reposent des chevrons constituant la charpente du toit, retenus au centre par un anneau central. Deux toiles sont utilisées: la première enveloppe les murs, et la deuxième vient couvrir le toit. Une lucarne peut être installée sur l’anneau central.

La force naturelle du design vient du fait que les chevrons exercent une pression vers l’intérieur sur l’anneau central, et vers l’extérieur sur le câble de tension. Ceci les empêche de s’effondrer, et la tension ainsi générée confère à la yourte sa solidité. Dans la même optique, toute charge de poids sur le toit est transférée des chevrons au câble de tension. La forme de la yourte étant aérodynamique, le vent voyage autour des murs courbes plutôt que de se heurter à un mur plat.

Naturalisation
Ici et maintenant, il est possible soit de faire l’achat d’une yourte, soit s’en construire une, des modèles les plus traditionnels aux plus modernes. Pour en assurer l’étanchéité, la yourte est habituellement érigée sur une plate-forme surélevée qui sert de plancher, et les toiles externes sont constituées de matériaux synthétiques. Plusieurs modèles sont équipés d’un dôme clair, lucarne qui laisse entrer la lumière du jour, et de la nuit. À partir du modèle de base, il est possible de les isoler, de les chauffer, de les ventiler, de les équiper de tuyauterie, et de faire preuve d’imagination et d’ingéniosité. Mon expérience de la yourte est celle d’une extrême simplicité. Pour toute commodité, elle n’était équipée que d’un petit foyer de masse rond au centre de l’habitation, pour lequel je me suis prise d’une affection inhumaine.

Construction
La yourte peut être utilisée comme tente, chalet, studio ou espace de vie plus ou moins temporaire, et plus ou moins amovible dépendant du style de vie désiré. La construction d’une yourte moderne est un projet d’envergure. Pour ceux qui s’y intéressent, voici un sommaire d’une technique de construction provenant d’un article détaillé (par Monica Cellio, voir références). Le modèle proposé mesure 16 pieds de diamètre et est destiné à servir d’abri temporaire facilement transportable et aisément monté et démonté. Il comprend une charpente pour les murs et le toit, un cadre de porte, un anneau central et la toile qui recouvre le tout.

Les murs en treillis sont composés de 70 lattes de 8 pieds, larges de 1,5 pouce et d’une épaisseur de 1/4 de pouce. Elles sont fixées par des boulons espacés d’un pied, avec décalage de 3 pouces à chaque latte. Le cadre de porte est fait de deux 2 x 4 longs de 6 pieds qui sont encochés et qui se joignent à deux 2 x 4 longs de 3 pieds. Des pentures peuvent être ajoutées aux coins afin que le cadre ne forme qu’un seul morceau lors du montage. La charpente du toit est faite de chevrons dont le bout est taillé afin qu’une extrémité s’insère sur le treillis et que l’autre puisse glisser dans l’anneau central. Ce modèle de yourte peut compter de 24 à 36 chevrons, dépendant du design de l’anneau central. Celui-ci ressemble à un beigne large de 30 pouces et haut de 4 pouces. Il est composé de deux cercles de contreplaqué de 30 pouces de diamètre au centre desquels un cercle de 26 pouces de diamètre a été découpé. Les deux faces de l’anneau central sont espacées par des paires de blocs qui forment des interstices juste assez grands pour y glisser les chevrons de la toiture. L’intégrité structurelle de la yourte dépend en grande partie des câbles de tension. Ceux-ci peuvent être faits de ceintures de nylon résistantes, longues de 50 pieds et larges d’au moins 1 pouce.

On propose pour ce modèle d’en utiliser deux, la première au haut du mur de treillis et la deuxième à mi-hauteur. Le squelette de la yourte est recouvert de toile, ou de tout autre matériau capable de résister aux intempéries. La moisissure est un grand ennemi, surtout si l’installation demeure en place pendant un certain temps. Le modèle propose le design suivant: un morceau rectangulaire long de 50 pieds et haut de 6 pieds pour couvrir le mur en treillis. Des œillets sont posés à tous les 2 pieds sur la bordure du haut, et trois sont posés sur chaque coté. La toiture est composée d’un morceau carré de 20 pieds par 20 pieds au centre duquel un trou d’aération est découpé. Celui-ci mesure 2 pieds par 2 pieds et ses bordures sont renforcées. Un œillet est posé à chaque coin externe de la toiture. Les coins touchent le sol et doivent être retenus en place par des piquets. Il existe aussi des designs comprenant des toits coniques. Un morceau de toile grand de 4 pieds par 4 pieds avec des œillets aux coins sert de couverture au trou d’aération. Un rideau de porte en toile est optionnel pour une yourte plus portative. Il mesure 4 pieds par 6 pieds et comprend des œillets sur les cotés et le haut.

La yourte est une forme d’habitation qui relie l’être humain à la nature depuis des siècles. De la yourte mongole faite de feutre aux yourtes modernes et américanisées, la structure de base est toujours demeurée la même, ayant atteint un très haut niveau de raffinement. Pourtant, à travers les matériaux utilisés et l’intégration culturelle, la yourte est toujours un concept en évolution, s’adaptant au lieu et à l’époque à chaque nouvelle construction.

 

Références: 

Pacific Yurts: www.yurts.com

Lar’s Yurt Page: www.rdrop.com/~glacier/yurt.htm

Construction d’une yourte: www.pbm.com/~lindahl/articles/yurt
La yourte mongole: http://www.yourtemongole.com

Les commentaires sont clos.