Le WWOOFING ou l’apprentissage sur les fermes biologiques

par Geneviève Roy-Proulx

On dit qu’on est “wwoofer” – c’est pour ‘Willing Worker on Organic Farms’, travailleur bénévole sur des fermes biologiques.

Mais simplement, faire du wwoofing, c’est partager la vie d’une famille ou d’une communauté sur leur ferme. Apprendre à jardiner, récolter, fendre le bois, faire mille et un petits travaux, vivre de la terre. C’est offrir environ 25-30 heures par semaine de son temps et de ses mains, en échange de cet apprentissage, d’un toît et de son pain quotidien.

Le wwoofing est un regroupement international de petits (et plus grands) fermiers qui ont envie de vous connaître, de partager leurs connaissances, de transmettre leur amour de la terre. Chez l’un, vous prendrez soin des chèvres et serez initiés à la fabrication du fromage; chez l’autre, vous participerez à toutes les étapes de la production et de la distribution de paniers biologiques dans le cadre de “l’agriculture soutenue par la communauté”. Ailleurs, vous irez en raquettes ou à cheval recueillir la sève dans une érablière à l’ancienne ou encore serez apprenti(e)-berger(ère) et apprendrez à filer la laine. C’est la diversité!

Une chose est certaine, c’est qu’avec le wwoofing, le compostage, les semis, les engrais verts, les herbes & plantes aromatiques ou médicinales, etc. ne seront plus que des termes théoriques: l’apprentissage est on ne peut plus pratique.

Pratico-pratique, voici en quelques lignes l’ABC du wwoofing, les contacts et recommandations.

-Il y a au Canada plus de 450 hôtes-fermiers, dont une trentaine au Québec.

-On peut faire du wwoofing un peu partout dans le monde (“wwoof” veut aussi dire ‘World-Wide Orientation on Organic Farms’). Une excellente façon de voyager ‘petit budget’, de découvrir au quotidien une nouvelle culture, d’apprendre une autre langue.

-Au Canada, la meilleure période pour le wwoofing est du début du printemps à la fin de l’automne. Certains hôtes gardent aussi leurs portes grandes ouvertes pour des bénévoles à longueur d’année – il y a donc des possibilités l’hiver également.

-Les hôtes s’attendent généralement à un séjour d’une ou deux semaines minimum, question de vous orienter par

rapport aux travaux de la ferme, mais la durée dépend totalement de vous. Certains wwoofers n’ont que quelques jours de disponibles, d’autres finissent par rester plusieurs mois. Quelques fermes offrent des stages de longue durée qui couvrent toute la saison agricole et permettent un apprentissage très complet.

-Les coûts sont minimes: il suffit de devenir membre du réseau dans le pays qui vous intéresse. Au Canada, c’est 35$ pour une année: vous recevez alors la liste des hôtes, leurs coordonnées et une petite description de leur ferme et de leurs activités. À vous ensuite de les contacter.

-Il faut devenir membre pour chaque pays où l’on veut faire du wwoofing. Les coûts sont plutôt semblables à ceux du Canada. Il y a cependant certains pays (une cinquantaine au total) où il n’y a pas d’organisme national. Il faut alors joindre “wwoof indépendant” et on peut alors visiter des fermes dans tous ces pays.

-Lorsqu’on contacte un hôte, il est important de bien s’informer des installations et du genre de travail qu’on attend de vous et de partager clairement vos attentes. C’est le moment de vérifier si le type de travail vous convient ainsi que le nombre d’heures (en moyenne, on s’attend souvent à 5 jours ou une trentaine d’heures de travail par semaine, mais c’est très variable d’une ferme à une autre).

Serez-vous logé(e) dans la maison familiale, et aurez-vous votre propre chambre? Allez-vous camper? Certains hôtes offrent une petite cabane ou une roulotte pour les wwoofers. Les repas sont-ils végétariens? Partagerez-vous ceux-ci avec la famille? Y a-t’il d’autres wwoofers présentement? Des enfants?

Prenez le temps de parler: les situations varient considérablement d’un endroit à l’autre et ne vous conviendront certainement pas toutes. Pour les hôtes comme pour les wwoofers, mieux vaut clarifier les attentes de chacun et s’assurer de trouver un arrangement qui convienne à tous.

-Certains hôtes sont heureux de recevoir des “familles-wwoofers”. Vérifiez: chez certains vos enfants sont les bienvenus et quel apprentissage pour eux aussi!

-Très souvent, vous serez rapidement inclus dans la vie familiale: n’oubliez pas d’offrir votre aide pour la préparation des repas et autres petits projets dans la maison. L’échange en vaut la peine: la plupart des hôtes se font un plaisir de vous faire découvrir leur région, leur cercle d’amis, de vous inclure dans leurs activités – musique, sorties, plein air, etc.

Pour le wwoofing au Canda : www.wwoof.ca 

Association internationale de wwoofing : www.wwoof.org

Les commentaires sont clos.