Les alternatives à l’hygiène féminine

par Marie-Josée Bon

Depuis le début des temps, la femme a toujours eu ses périodes de menstruations. Ces périodes, anciennement appelées lunes par les autochtones, étaient considérées comme sacrées par toute la tribu, comme un moment où la femme recouvre son plein pouvoir féminin. En effet, les lunes, c’est un moment fort pour installer les rituels, pour faire le « focus » sur sa vie et faire le ménage sur ce qui s’est passé au cours de son dernier cycle. La femme entre en purification, et elle peut recevoir beaucoup plus facilement des visions ou des rêves prémonitoires. Ces façons ont regrettablement été oubliées par beaucoup d’entre nous. Pourtant, les serviettes sanitaires et les tampons jetables n’existaient pas autrefois… les femmes avaient donc découvert toutes sortes de manières pour recueillir leur flux sanguin.

Mais dans notre monde aseptisé, dans la lancée de la surconsommation, elles ont été remplacées par les produits jetables, que nous connaissons aujourd’hui. Par le fait même, les fabricants nous ont rendu répugnant ce précieux liquide d’un rouge flamboyant qui ruisselle de nous chaque mois, nous rendant dédaigneuses de notre propre corps. Pourtant, ce sang est la vie qui coule en nous, telle la chlorophylle dans la plante.

Je crois qu’il est temps, pour celles qui ne l’ont pas encore fait, de reprendre le pouvoir sur leur hygiène, et de choisir par elles-mêmes leurs coutumes pour recevoir leurs fluides. Les méthodes ancestrales sont encore très efficaces, et beaucoup plus naturelles. Ces alternatives sont en plus, très simples, économiques, écologiques, saines, pratiques, et ont beaucoup d’autres avantages.

Les produits chimiques
Les tampons et les serviettes synthétiques que nous imposons à notre corps chaque mois contiennent de la dioxine, un produit hautement toxique pour l’être humain et les autres formes de vie. Seule une goutte de cette substance est nécessaire pour tuer 1000 êtres humains. La paroi vaginale étant très absorbante, les produits chimiques qui composent les tampons n’ont alors aucune difficulté à pénétrer notre organisme. Le problème est que notre corps ne sait s’en débarrasser, et il accumule de plus en plus ces toxines, augmentant ainsi les risques de cancer du col de l’utérus, d’endométriose, d’un affaiblissement du système immunitaire, d’infections vaginales, de maux de têtes et de malformations congénitales. Les serviettes sanitaires jetables sont aussi la cause de ces nombreux troubles de santé. De plus, le Syndrome du Choc Toxique (SCT) est dû à l’utilisation de produits synthétiques destinés à rendre les tampons plus absorbants.

Évidemment, les substances utilisées à la fabrication ne sont pas inscrites sur la boîte, car il n’y a aucune loi qui oblige les compagnies à nous informer sur ce sujet. Bref, il y a de quoi avoir envie de se tourner vers quelque chose de mieux!

Dégâts environnementaux magistraux
En plus, avec les problèmes environnementaux actuels, c’est maintenant que nous devons agir pour notre avenir et celui de notre planète. À l’heure actuelle, une femme utilise en moyenne entre 10 000 et 15 000 tampons ou serviettes au cours de sa vie, ce qui en fait environ 20 billions chaque année, et ce, en Amérique du Nord seulement !! Ces produits et leurs emballages, dont le procédé de fabrication déverse d’énormes quantités de dioxines dans l’environnement, se retrouvent éventuellement dans les dépotoirs et incinérateurs, quand ils ne sont pas simplement jetés dans les toilettes pour se retrouver dans nos égoûts et nos cours d’eau. Ouf! Il serait sûrement bon de changer certaines de nos habitudes… Imaginez la montagne de déchets que vous auriez dans votre cour s’il n’y avait pas le service des vidanges!

Alternatives
Heureusement, les produits chlorés ne sont pas inévitables. Beaucoup de femmes s’intéressent aux alternatives plus écologiques et économiques. En voici quelques exemples qui vous intéresseront sûrement.

Le Keeper
Le Keeper est une coupe en forme de cloche, fait de caoutchouc naturel et souple, porté à l’intérieur du vagin. Il est, pour certaines femmes, confortable et plus que pratique, surtout en voyage… Pour d’autres, il est tout simplement insupportable! Ou encore, il y a celles, qui préfèrent d’autres méthodes, mais qui le trouvent tout de même intéressant dans certaines occasions, en alternance avec une autre méthode.

Ça vaut la joie de l’essayer puisque, si après 3 mois, vous ne l’avez pas encore apprivoisé, pour pouvez vous faire rembourser. Il est au coût de 45 $, l’équivalent de 3 à 4 mois de consommation de produits menstruels jetables. Sa durée de vie est d’environ 10 ans. La sécheresse vaginale causée par les tampons peut déranger l’équilibre microbien du vagin et le rendre plus susceptible aux démangeaisons et développer des infections bactériennes, en plus du SCT.

Avec le Keeper, il n’y a pas ces problèmes puisqu’il n’absorbe pas. Votre humidité naturelle est donc protégée. Ce qui est bien aussi, c’est qu’il nous permet de mesurer la quantité de nos écoulements, de voir à quoi ils ressemblent…c’est une bonne manière de se réapproprier notre corps, de la redécouvrir ! Facile d’entretien, on le rince et on peut le remettre! Le port d’un protège-dessous léger peut être nécessaire dans certains cas.

L’Éponge de mer naturelle
L’Éponge de mer est une ressource renouvelable très écologique (facilement biodégradable) que l’on peut tailler sur mesure pour la porter confortablement à l’intérieur de nous. Il faut la rincer lorsqu’elles est pleine, environ aux 2 heures, (ce qui peut être moins pratique!) et elle est réutilisable immédiatement. Un protège-dessous léger est souvent nécessaire. Ce n’est donc pas la méthode préférée des femmes d’aujourd’hui, mais elle peut s’avérer tout de même intéressante. Pour une manipulation plus facile, on peut lui ajouter un bout de soie dentaire (oubliez celle à la menthe!) Sa durée de vie est d’environ 6 à 8 cycles, au coût de 8$ environ. Elle se trouve au rayon des cosmétiques dans la plupart des pharmacies et dans les magasins d’aliments naturels ( Pour votre santé, n’utilisez pas les éponges synthétiques).

Serviettes en tissus réutilisables
Pour ma part, c’est ce que je préfère. Ces serviettes sont une alternative durable, écologique, économique et saine pour la santé. Pratiques et faciles d’entretien, beaucoup de femmes les trouvent formidables. Vous pouvez vous les faire vous-même ou les acheter sous différents formats. Ça prend un gros 5 minutes pour les laver à la main, et on peut même les mettre à la machine. Toujours à l’eau froide, sinon ça tache. On peut ajouter un désinfectant dans l’eau, comme du vinaigre, du jus de citron ou une huile essentielle de lavande, tea tree, etc. Il y a le peroxyde d’hydrogène qui nettoie aussi très bien le sang. De toute façon, c’est pour mettre dans le fond de vos caleçons, pas besoin que ça redevienne blanc immaculé! Vous pouvez même arroser vos plantes avec votre eau devenue très nourrissante!

Vous n’avez qu’à faire tremper dans l’eau froide vos serviettes quelques minutes avant le lavage, et voilà, vous avez une boisson énergétique pour vos plantes, un engrais naturel ( vous pouvez aussi le faire avec les écoulements dans votre keeper dilués dans de l’eau).C’est un beau moment rituel de contact avec la terre. Il est temps de lui redonner ce qu’on lui a pris.

Si vous voulez vous en procurer, il y a 2 choix que je connaisse. Tout d’abord, vous pouvez me contacter ( Marie- Josée) ! Je conçois des serviettes en tissus de différentes grandeurs ( léger, jour, nuit). Elles sont très minces et confortables. Le côté face à vous est un tissus doux sans teinture ou très pâle, en fibres naturelles absorbantes. Il y a ensuite un morceau de ratine ( 100% coton) très efficace pour absorber.

Puis, un morceau imperméable, qui rend la serviette super efficace. Le dernier tissu, est d’un joli motif, destiné à rendre la serviette encore plus confortable, évitant le contact avec la matière imperméable. Pour bien faire tenir la serviette, elle a des ailes qui s’attachent avec un bouton pression ou un morceau de velcro.

De plus, pour un investissement de 8$ la serviette, vous en avez pour au moins 4 ans. De 2 à 4 serviettes est suffisant si on les lave régulièrement pendant le cycle. Il y a aussi Blood Sisters qui fabriquent des serviettes en coton réutilisables. Leur concept est très différent du mien. Elles sont aussi faites à la main, mais dans des tissus très colorés. Elles n’ont pas de couche imperméables, elles sont donc beaucoup plus épaisses, mais on ajoute ou enlève des couches selon la nécessité. Elles sont environ 8$.

Vous pouvez consulter leur site Internet ou aller les visiter (Elles ont un local génial appelé le centre Elle Corazon où elles vendent le Keeper, des éponges végétales, des serviettes en coton et toutes sortes de trucs pour la femme).

Voici un petit tableau convaincant qui compare le coût des serviettes jetables à celui des réutilisables:

Coût du produit durée d’utilisation / coût par année
1 paquet de 42 serviettes jetables……….5,00$
2 mois et moins……………………..………60,00$

4 serviettes en tissus réutilisables……….32,00$
4 ans et plus …………………………………..8,00$

Alors, mes chères sœurs, si vous vous sentez concernées par votre santé, votre budget et l’environnement, je vous suggère grandement de faire un choix responsable, et d’opter pour une meilleure alternative à votre hygiène… Acheter, c’est voter!
Références :

Marie-Josée Bon
marie-joseebon@bon-zay.com
www.bon-zay.com
1-800-280-1364
Vous pouvez aussi vous procurer des alternatives à

Alchimiste en herbe
4567 St-Denis
Montréal (Québec)
(514) 842-6880
www.alchimiste-en-herbe.com

Les commentaires sont clos.