Les jeux de rôle

par Philippe Laramée

“Le jeu de rôle, c’est à la fois bâtir une histoire et en être l’acteur, c’est en démêler les énigmes en combinant les talents de chacun au moment opportun… À la fois un vrai jeu, et un plaisir créatif, convivial et motivant… »

Didier Guiserix, rédacteur en chef du magazine Casus Belli

Maître de Jeu: “Tu entres dans une pièce obscure où seul le clapotis d’une goutellette d’eau résonne dans une flaque lointaine…”

Olivier: “J’entre sur la pointe des pieds en faisant attention où je marche pour ne pas attirer l’attention.”

MJ: ”Tu entends ronfler le geôlier et grogner son chien de garde, un immense “Irish wolf hound” dressé pour tuer des loups de la taille d’un poney. Tu aperçois le personnage de Julie en piteux état dans une des cellulles. Pense à ce que tu fais… Pendant ce temps, Alexandre et Frère Ours vous êtes perdus en plein coeur de la forêt et la nuit tombe…”

Frère Ours: “Je l’esquive !”

MJ: “Très drôle… Vous entendez au lointain des loups hurler et vous savez que ceux de cette forêt-ci sont réputés pour attaquer les humains. Les villageois supersticieux parlent souvent de loups-garous. Que faites-vous ?”

Alexandre: “Je ramasse assez de bois pour faire un feu qui durera toute la nuit, ensuite je taille des pieux assez longs pour nous protéger, le cas échéant, du danger.”

Frère Ours: “Moi de mon côté, je construis un abri sommaire avec des branches de sapin et je vais poser quelques pièges à loups dans des endroits stratégiques.”

MJ: Alexandre, tu as de la difficulté à allumer ton feu car le bois et les allumettes sont humides à cause de l’averse de la nuit passée. Faites tous les deux des jets de survie en fôret sur un dé à 100 faces…”

MJ: Pendant ce temps, Olivier tu entends des loups hurler à l’extérieur et le chien tueur de loups se dresse d’un bond, tout en se mettant à japper et à grogner. Ce qui a pour effet de réveiller le geôlier qui tombe en bas de sa chaise.

Olivier: Je lance ma hache de jet sur la corde qui retient le chien et je m’enlève de son chemin lorsqu’il partira à la chasse aux loups, connaissant l’instinct de ces chiens.

MJ: Intéressante initiative… j’aime lorsque les joueurs me surprennent . Julie, tu te réveilles et tu vois Olivier qui lance une hache de jet sur la corde qui retient le chien, le geôlier qui se relève en titubant d’avoir trop bu, à moitié endormi… que fais-tu ?

Julie: Je tente de contorsionner mon pouce gauche pour le glisser hors des menottes.

Introduction aux jeux de rôle
Le jeu de rôle permet de faire dans l’imaginaire, tout ce qu’on n’oserait réaliser dans la réalité. C’est un jeu coopératif où tous les joueurs évoluent généralement vers un but commun.

Le principe en est simple. Le jeu se déroule dans l’imagination des joueurs. Une personne du groupe joue le rôle du narrateur (dans le jargon, on le nomme Maître de Jeu). Le MJ décrit ce que voient et ressentent les joueurs, tout en incarnant les personnages secondaires qui peuplent l’univers et qui ne sont pas interprétés par les joueurs.

En fonction de la mise en situation, les joueurs vont devoir agir en décrivant les actions que tente d’accomplir leur personnage. Le tout est régi par un système de règles qui rend l’expérience plus… ludique.

Chaque scénario permet de faire évoluer son personnage en expérience mais aussi en maturité; il devient plus réaliste, plus vivant, sa famille et son entourage se dessine, la relation entre les joueurs se précise, on entre dans le jeu plus facilement.

Un petit aperçu des univers de jeu
Les scénarios de jeux de rôle peuvent avoir pour cadre toutes les époques et peuvent se dérouler sur toutes les planètes, dans toutes les dimensions… la seule limite est notre imagination ! (époque médiévale, science-fiction, fantastique, aventure, policier, historique, post-apocalyptique, contemporain, horreur, humour-noir, dessin-animé, etc…)

À première vue, lorsque l’on découvre les jeux de rôle, on peut penser que la majorité des jeux sont violents. Mais il existe beaucoup de jeux où la violence n’est pas la préoccupation première et que l’enquête et l’aventure, les intrigues et la politique, le savoir et le mystère sont les bases autour desquelles sont construits les scénarios.

Pour s’initier à l’univers des jeux de rôle, je ne peux que vous conseiller le jeu “L’Appel de Cthulhu”. Ce jeu se déroule dans les univers fantastiques de H.P. Lovecraft, un maître de la littérature d’horreur-fantastique des années 1920. Ce jeu d’enquête et de mystère a pour cadre les années folles et l’époque de la prohibition en Nouvelle-Angleterre.

On peut aussi jouer dans des univers construits par des écrivains célèbres (Frank Herbert pour Dune – Alexandre Dumas pour le jeu Les secrets de la 7ième mer) ou sur des sagas de space opéra telles que Star Wars ou Star Trek, vivre des trames historiques dans le Moyen-Âge ou encore vivre des aventures dans des univers médiévaux fantastiques comme Donjons et Dragons, Warhammer ou Le Seigneur des Anneaux.

Lorsque l’on fait l’acquisition d’un livre de jeu de rôle, le premier livre que l’on achète est celui qui explique les règles élémentaires et les grandes lignes de l’univers dans lequel se situe l’action. Un ou plusieurs scénarios viennent donner un aperçu des possibilités offertes par le jeu. On peut par la suite se procurer des suppléments qui décrivent des aspects plus approfondis de l’univers ainsi que des scénarios prêts à jouer pour ceux qui n’ont pas envie d’écrire leurs propres histoires.

La création littéraire est un des aspects que je trouve très importants dans la pratique du jeu de rôle. Écrire ses scénarios permet, outre l’économie d’argent, de faire vivre des situations particulières à des personnages qui sont, somme toutes, assez uniques. Les scénarios vendus sur le marché sont souvent écrits de façon à être adaptés à un large public et non spécifiquement à des personnages en particulier, ayant une histoire et une évolution qui leur sont propres.

Peu importe si vous utilisez un univers préfabriqué, l’important est le voyage que fait votre imagination pendant les quelques heures que se baladera votre esprit hors de la réalité.

Variante
Une fois que l’on a compris le principe de base du jeu de rôle, les supports matériels comme les livres de règles et de scénarios, les dés et les divers éléments qui rendent ludique la pratique du jeu de rôle, perdent de leur importance pour devenir imagination pure…

Présentement, je pratique avec plusieurs collaborateurs et amis, une variante de jeu de rôle assez particulière. Il s’agit d’une forme de jeu qui peut se jouer n’importe où et à n’importe quelle heure. Le jeu se joue sans dés, on détermine préalablement une époque et le joueur, avec l’aide du narrateur, crée son personnage sous forme de discussion. On peut ensuite jouer dans un parc, dans un café, en discutant, en faisant la vaisselle ou lors de randonnées… on en vient vite à oublier l’activité et l’endroit où l’on est pour se concentrer sur la situation décrite par le narrateur. Cette méthode simple et efficace nécessite par contre une bonne maîtrise du jeu de rôle.

Un des défis de cette variante est d’être capable de rester concentré sur le jeu et de pouvoir passer outre les éléments de la réalité qui tentent de nous ramener les deux pieds sur terre… (itinérants, publicité, policiers, klaxons, sirènes ou rencontres inopinées…)

“Mais où sont les règles ?” me dirons les plus ludiques d’entre vous. Il n’y en a pas vraiment puisque l’on prend en considération que le Maître de Jeu est là pour faire évoluer un scénario et non pas pour triompher du pauvre personnage.

Un Maître de Jeu et un seul joueur peuvent créer ensemble des parties vraiment intéressantes. Cette variante permet de découvrir des facettes moins explorées d’un univers de jeu. Que ce soient des intrigues politiques tordues, des drames familiaux compliqués ou de vivre des situations spécifiques ne pouvant être vécues que par un seul personnage et non par l’ensemble d’un groupe.

Accessoires de jeu
Pour améliorer l’atmosphère, on peut se servir de musique d’ambiance comme des trames sonores, ou de la musique en rapport avec l’époque et le moment où se déroulent les scènes. La phonothèque (un établissement du réseau des bibliothèques de Montréal où l’on prête des supports audio) est l’endroit idéal pour se familiariser avec la musique de film ou les compositeurs de musique classique (voir en annexe ma suggestion de musique d’initiation pour les univers de jeu de rôle).

Développement personnel
Dans le cadre de cette thématique sur les relations humaines, le jeu de rôle stimule d’innombrables qualités communicatives telles que l’improvisation, le théâtre et le jeu de personnage, les relations humaines dans des situations de travail de groupe et de prise de décision et bien sûr, les talents relatifs à la création.

Le jeu de rôle permet aussi un développement personnel accéléré puisque l’on fait face dans l’imaginaire à des situations problématiques avant qu’elles ne se produisent dans notre vie de tous les jours. Nous avons donc doublement plus de chance d’y faire face en trouvant des façons de les résoudre efficacement en faisant appel à sa débrouillardise.

Une expérience appliquée
Soit dit en passant, c’est grâce aux connaissances acquises dans les jeux de rôle que j’ai pu réaliser à l’âge de 16 ans un voyage dans les territoires du Yukon.
C’est aussi par le jeu que j’ai réussi à incarner suffisamment de confiance en mes capacités pour arriver à réaliser des projets d’envergure. C’est aussi un des éléments déclencheurs de mon désir d’être écrivain.

Une fois que l’on a bien saisi le concept du jeu de rôle, il est facile d’appliquer ce concept dans notre vie de tous les jours et d’incarner notre rôle de personnage principal dans notre environnement quotidien. On se rend alors compte qu’il est possible d’altérer les éléments que l’on croyait jusqu’alors immuables…

Nous sommes tous et toutes des héros-héroïnes en devenir et les jeux de rôle peuvent nous aider à prendre contact avec cet aspect de nous refoulé…

Les éditions de La Plume de Feu publiera dans les prochaines années, plusieurs concepts de jeux de rôle. Surveillez le site internet pour de plus amples informations.

 

Références:

Le livre des jeux de rôle
Didier Guiserix
Paris, Bornemann, 1997
Bibliothèque de Mtl: 793,93G

A propos Philippe Laramée

Éditeur de Aube

Les commentaires sont clos.