L’hygiène en communauté

par Marie-Lou Gendron

L’hygiène est probablement un des aspects de base des plus cruciaux dans la vie en communauté. Chaque fois que les humains se regroupent en société, l’hygiène devient une question de première importance qui doit être absolument abordée.

Sans devenir maniaques ou encore négligents, nous devons trouver un équilibre où tous vivent dans un milieu sain et où tous participent à prévenir et favoriser la santé de leur communauté et de leur environnement. Seulement, nous avons tous eu une éducation différente ou des informations diverses relatives à l’hygiène. Ce qui semble anodin pour une personne sera primordial pour une autre et ainsi de suite… Sauf qu’il est clair que tous désirent la santé et un certain respect de la qualité de vie de leur milieu de vie.

Dans une communauté ou tout autre lieu regroupant plusieurs personnes, les pathogènes, maladies et virus sont facilement transmis d’un hôte à l’autre, étant donné la proximité ou l’intimité des personnes entre elles. De plus, l’hygiène est relative aux habitudes de vie de chacun.

Voilà pourquoi il est délicat mais important d’établir dès le départ, une conscience commune à cet effet. Ici, les actions de l’un ont des répercussions immédiates sur ceux avec qui il partage son milieu, sa vie. Chacun est concerné par l’hygiène personnelle et globale, donc chaque personne doit être consciente de ses actions et des conséquences qui peuvent être engendrées par l’oubli ou la négligence.

Bien sûr, se laver les mains fréquemment, surtout après avoir passé par la toilette, avant les repas ou pendant la préparation de ceux-ci… ça on le sait! Mais faut-il encore constamment se le faire rappeler!

Pour les couples ayant de jeunes enfants, l’hygiène détient la place d’honneur! Manipulation de couches souillées, de petits rots, de bavures et de sécrétions de tous genres… C’est une joie quotidienne! Mais dans leur innocence, soyez assurés que les marmots ramènent bien plus que des amis à la maison, souvent au risque des parents ou des personnes de leur entourage.

Ici encore, soyons vigilants plutôt que paranoïaques ou négligents. Ceci est seulement la réalité bien concrète et sentons-nous responsables de notre bien-être, ainsi que de celui de ceux et celles avec qui nous vivons.

À chaque torchon sa guénille!

Les commentaires sont clos.