Quand le pratique est magique

par Sarah Maria

Le 5 juin dernier, lors d’une visite à Sutton avec Lutin Serpentin pour un contrat de Mémoires du Monde, par une série de synchronicités enchantées, j’ai découvert qu’il y avait des monolithes puissants au Québec.

Des alignements de dolmens et de menhirs, semblables à ceux que j’ai vus en Bretagne et en Irlande! C’était par une journée très spéciale, le genre de journée où le soleil et la pluie dansent ensemble à tour de rôle.

Après une promenade en voiture dans les belles terres de Sutton, nous trouvons ce terrain magnifique entouré de montagnes. Tout de suite, une pancarte PRIVÉ nous accueille. Mais attirés par l’énergie qui émane des lieux et par les menhirs qui se tiennent fièrement debout dans la brume, nous y posons les pieds.

Nous sommes finalement restés des heures de temps sous la pluie battante, à explorer ensemble ou seuls. J’ai traversé des portes de dolmens, médité devant des inukshuk gardant une forêt de fougères, dansé proche de totems amérindiens, chanté avec des menhirs…immenses ! Il me semblait que toutes les pierres étaient placées à un endroit précis, décidé. Mais quel être fait ces constructions traversant les époques, et… comment s’y prend t-il ? J’avais le nom de l’homme en question: Ed Heath. Émue, j’appelle dans une cabine téléphonique, et je lui parle de ce qu’on a ressenti. Il  nous invite à venir le rencontrer !

Nous arrivons sur les lieux, Ed est en train de finir de sculpter un pi géant et nous accueille avec un large sourire spontané. Je m’attends à ce qu’il me parle d’énergie tellurique, de rituels sacrés… en fait, la vision de cet être est tout ce qu’il y a de plus terre à terre. Selon lui, les ancêtres placaient les pierres à différents endroits pour faciliter les observations naturelles.

Par exemple, il a placé ses pierres sur la terre que nous avons visitée pour que la lumière du soleil arrive à tel endroit au solstice. De cette facon, en regardant où le soleil était rendu sur les pierres, les ancêtres pouvaient savoir quand les pommes allaient-elles pousser, quelle heure il était exactement, s’il était temps de commencer à ramasser du bois pour l’hiver, etc. Et certaines pierres servaient à indiquer le gibier, d’autres à créer des ombres pour faire croire aux tribus ennemies qu’il y avait des gens… donc une utilité de survie, et aussi comme une manière de communiquer avec la Terre-Mère, d’être relié à elle de facon concrète.

Et comment il les construit lui, ses monuments sacrés ? Avec… un bulldozer! Il prend les pierres qui appartiennent à la terre dans laquelle il se trouve. Parfois, les pierres ne veulent pas sortir, il sent que ca force trop. Alors il les laisse là où elles sont. C’est une manoeuvre assez délicate, il faut s’assurer que les pierres vont rester debout, en se placant devant elles pour les équilibrer ! Ed a un grand respect pour les pierres. Rocks are powerful.

Et les légendes reliées aux mégalithes anciens ? Que je demande, perplexe. Sa réponse est touchante. Il me parle de son garon de 4 ans, pour qui il a construit une roue de médecine sur un cercle de bois avec du poil de son chien qui est mort. Il lui a raconté une légende sur le monde des esprits, avec une explication tout ce qu’il y a de plus satisfaisante. Les légendes aussi ont des fonctions utilitaires.

Disons que c’est un mélange des deux, l’utile et le spirituel. Et de toute facon, si le magique n’était que des manifestations physiques ? Quand chaque instant est sacré, le pratique est magique.

Quand chaque acte spirituel a un sens, le magique est pratique… en prenant une marche avec lui, on comprend qu’il sent l’énergie d’un lieu. Qu’il utilise les lignes d’énergie tellurique pour aligner ses pierres. Il nous montre des roues de médecine avec les différentes phases de la lune. Avec la procession du soleil.

Dernière question à cet humble magicien: y a t-il des endroits publics où on peut visiter vos constructions ? Pas présentement, malheureusement, mais il souhaite qu’éventuellement ca soit possible. Son désir étant que ca soit à un endroit où le gens qui passent respectent cette manifestation d’art sacré.

Nous ressortons honorés de tous ces enseignements.

Hmmm, des mégalithes dans un écovillage… c’est un à la prochaine, Ed Heath !

Les commentaires sont clos.