Petits gestes… grande révolution! 

par Julie Francoeur

“La seule révolution possible, c’est d’essayer de s’améliorer soi-même, en espérant que les autres fassent la même démarche.  Le monde ira mieux alors.” Georges Brassens

La planète nous parle de plus en plus de son inconfort et même, de sa colère. Je me suis longtemps demandé quelle révolution je pourrais débuter, jusqu’à ce que je comprenne que ce sont les petits gestes de mon quotidien qui allaient faire la différence. C’est en prenant conscience que mon mode de vie influence les gens de mon entourage, que je me suis mise à rêver positivement à propos de l’avenir écologique. Mes actions personnelles agissent indirectement sur les autres; en m’observant, ils  se mettent (parfois malgré eux) à réfléchir sur leurs façons de faire et parfois, à changer leurs habitudes.

Je ne vous ferai pas le bilan des catastrophes, misères et souffrances que la race humaine fait endurer à son habitat naturel, vous en avez certainement entendu parler!  Par contre, je vais essayer de vous donner des pistes de réflexion, ainsi que des conseils pratiques qui pourront vous aider à faire moins de dommages à notre planète, qui, ne l’oublions pas, nous héberge… et qui pourrait bien finir par nous expulser sans avis préalable!

Il m’a semblé, à première vue, que ce soit impossible de renverser la vapeur de l’industrialisation et de la pollution qui va avec. Que la tâche du changement revient de prime abord aux grosses compagnies qui râclent tout sur leur passage. Que moi, petite citoyenne tranquille ne puisse rien contre ce raz-de-marrée qui causera notre perte à tous d’ici pas ci longtemps que ça. C’était avant que l’optimisme me revienne!

Voici des petits trucs qui, quand je les applique, me rendent toujours heureuse, car j’ai vivement l’impression, alors, de faire ma part.

À la maison

Le recyclage: Dans les grandes villes, le recyclage est assez facile.  La majorité des rues sont desservies par le “bac vert”.  Si vous n’avez pas encore votre bac de récupération, vous pouvez, à Montréal, en demander un à l’éco-quartier le plus près de votre domicile.  C’est gratuit sur présentation d’une preuve de résidence.  Recycler est très simple.

Deux sacs de papier pour séparer le papier des autres matières. Ce qu’il faut retenir, c’est de bien rincer les contenants pour ne pas que les moisissures puissent se développer, plier les boîtes de carton pour que ça prenne moins de place et… pas besoin d’enlever les étiquettes!

La réutilisation: Le nombre d’objets que nous jettons dans notre maison est assez important. Je me suis penchée sur la question et ai trouvé certains gestes de ma vie quotidienne à changer. Tout d’abord, je lave maintenant mes sacs ZipLoc en faisant la vaisselle, je les rince et les essuie rapidement pour ensuite les accrocher à un cintre avec des épingles à linge. Quelques secondes de plus pour un nombre important de sacs épargnés à mes poubelles.

Je me suis aussi rendu compte que je continuais d’acheter des serviettes sanitaires de papier… tout en continuant d’affirmer que les couches pour bébés de coton étaient essentielles… J’ai alors fait le pas et me suis équipée de serviettes de coton que je lave à la main après l’utilisation. Un autre geste qui ne prend pas de temps et qui à mon avis, fait une grande différence. (Voir l’article sur les alternatives à l’hygiène féminine dans Aube #4, aussi, une adresse très intéressante: Elle Corazon – 176 rue Bernard O. à Montréal 514.273.3933).

Ce ne sont que des exemples, il y a tout un évantail de gestes comme ceux-ci qui peuvent faire partie de notre vie sans effort supplémentaire, il ne s’agit que de s’ouvrir aux alternatives et à d’autres façons de penser et d’agir. De plus, avant de mettre un objet à la poubelle, on doit s’assurer qu’il ne peut pas être réparé.

Le compostage: Avec les composteurs de ville, il est maintenant chose facile de récupérer les retailles de fruits et légumes.  Renseignez-vous à votre éco-quartier (pour les résidents de Montréal). Pour les résidents des banlieues, il est possible de se fabriquer une boîte de bois sans fond et avec couvercle. (Voir l’article sur le sujet, paru dans Aube #2).

Produits d’entretien: La plupart des produits nettoyants (y compris les savons pour le corps) qui se vendent sur le marché sont souvent composés de produits chimiques et polluent l’eau – qui est une denrée précieuse. Préférez-leur des produits naturels et biodégradables. (Deux adresses précieuses à Montréal: Produits nettoyants Lemieux 1329, Mont-Royal est (514.528.9102) et Coop de la Maison Verte 5785, Sherbrooke ouest (514.489.8000)

Consommation: Connaissez-vous les 3R? Réduire, Réutiliser et Recycler… Déterminer si on a vraiment besoin d’un article avant de l’acheter constitue un moyen efficace de ralentir sa surconsommation.  Si on achète moins, on jette moins…  N’oubliez pas que les compagnies usent de stratagèmes forts convaincants pour que vous achetiez leurs produits. En consommant moins de médias de masse (télé, radio, presse…), la publicité devient moins omniprésente et ainsi, moins puissante…

Au travail

Café: Utiliser une tasse de céramique pour son café épargne beaucoup de styromousse à la fin de l’année et l’effort de rincer sa tasse est somme toute, assez minime. Le but est toujours de réduire les déchets que nous produisons.  Même chose avec les contenants réutilisables pour les repas au travail.

Recyclage de papier: On en jette du papier au travail – surtout dans les bureaux! Il est possible de récupérer le papier en instaurant un système de bacs de récupération (comme à la maison). Aussi, au lieu de se débarrasser du papier après une impression, on peut utiliser l’autre côté pour imprimer les brouillons ou tout simplement faire une impression recto-verso. Deux utilisations plutôt qu’une économisent énormément de papier. De plus, si le surplus de feuilles est important, il est possible de faire des tablettes blocs-notes. La compagnie Urgence Copies à Montréal fait de très bons prix pour ce service 514.523.2911. Je vous encourage à demander à votre employeur d’acheter du papier recyclé, entre autres, le papier Rolland Nouvelle Vie DP-100 (80% recyclé et non-chloré) qui a un bon rapport qualité/prix/écologie.

Transport

L’automobile, comme vous le savez, est très pollueuse, notamment au niveau des gaz à effet de serre.  Le cocktail transport est une excellente solution pour ceux qui peuvent se passer de la voiture.  Le vélo, la marche, le taxi, le train, le transport en commun ou Communauto sont autant de moyens de déplacements qui coûtent moins cher que de posséder une voiture. (Voir l’article traitant du cocktail transport dans Aube #5, ainsi que le document préparé par Équiterre à ce sujet 514.722.2000).

Épicerie

Achetez-vous bio?  Au point de vue environnemental, la culture biologique est meilleure pour la terre. En général, les cultivateurs bio n’utilisent pas d’engrais, de pesticides ou d’inscticides chimiques. De plus, au Québec, la plupart des fermes biologiques ont une production à petite échelle qui respecte la biodiversité et ce que la terre peut prendre et offrir en retour. En plus, ça goûte meilleur! (Consultez le site internet d’Équiterre pour connaître les fermes participantes à l’ASC – www.equiterre.qc.ca)

Rapporter chez-soi les provisions achetées dans des sacs de coton épargne à nos dépotoirs une masse énorme de sacs de plastiques faits de dérivés du pétrole. C’est assez simple de s’en procurer, la plupart des épiceries d’aliments naturels en vendent à petit prix.  On peut aussi s’en faire de très jolis soi-même! Ils durent très longtemps, sont très résistants et se lavent à la machine.  Il suffit d’y penser lorsqu’on va à l’épicerie.

Voilà, je vous ai livré mes petits trucs! Il n’y a pas tellement d’années, je ne connaissais que le recyclage comme action environnementale. Puis, j’ai pris conscience qu’il me fallait faire quelque chose de plus. Petit à petit, j’ai changé mes habitudes et ces petits gestes simples font maintenant partie de ma vie quotidienne.  La volonté de changer notre monde et le changement des habitudes sont la clé d’un avenir meilleur pour tous.

C’est en faisant autrement qu’on suscite la transformation, n’hésitez pas à parler de vos changements d’habitudes et de vos réflexions…  La révolution n’en sera que plus rapide!

Références générales

– Maison propre et jardin vert, guide produit par le Service de l’environnement, de la voierie et des réseaux de la Ville de Montréal, Septembre 2002

Petit Futé Montréal Bio & Nature, éd. Néopol inc, en collaboration avec Équiterre, 2001

Les commentaires sont clos.