Qui vit sans folie n’est pas si sage qu’il croit !!!

par Patricianne Blanchet

Dans une société où la consommation compulsive bat au rythme des bruits de moteurs et des odeurs de prêt-à-manger, il est tout à fait sain de se sentir aliéné! L’incessant vrombissement des pulsations urbaines pénètre dans les pores jusqu’à empêtrer tous les êtres animés dans une ritournelle dénaturée. Et tout est si homogène, officiel et frugal. Dès que quelqu’un ose affirmer sa marginalité en se distanciant de la masse crédule, il est soit ignoré, soit idolâtré, soit montré du doigt.

Salutairement, certaines personnes nourrissent des valeurs de changement et d’engagement social. C’est ici le cas d’une petite compagnie florissante: la Folle-Action. Cette cohorte d’urluberlus s’est donné pour mandat de conscientiser les gens à l’extrême nécessité du lâcher prise et de la joie de vivre. Par l’entremise d’actions d’une éloquente simplicité, la compagnie de la Folle-Action promeut le partage et la réunion des ressources de chacun de ses membres dans l’optique d’une collectivité enrichie et unifiée. La compagnie ne comporte bien entendu aucune finalité lucrative, ce qui n’est pas sans surprendre le commun des citoyens, conditionné au quémandage des rues montréalaises. Notons que le terme technique de compagnie est employé ironiquement, la Folle-Action étant un regroupement officieux où les actions sont autant de moments de folie passagère et régénératrice.

Le positivisme est la pierre angulaire du projet qui, par le biais d’actions déraisonnables et saugrenues, vise à activer le potentiel créateur chez tous les veinards qui en subissent le vent de folie. En favorisant le plaisir et la bonne humeur, la Folle-Action souhaite libérer les gens de leur monotonie quotidienne et leur accrocher un petit rictus aux lèvres. Ayant pour unique contrainte le respect, toutes les thématiques sociologiques peuvent être abordées par la compagnie qui s’ingénie à en faire ressortir le visage burlesque.

En aucun cas, la mission du mouvement n’exhorte une lutte en réaction au système. La Folle-Action prône l’amplification du positivisme tant au plan social que personnel. L’absence d’hiérarchie au coeur de la compagnie souligne clairement l’importance portée au concept d’égalité. Les membres actionnaires ne se voient imposée aucune obligation et ils peuvent choisir le niveau d’implication désiré: créateur, organisateur et/ou participant.

En quelques mois d’existence, les tenants de l’action farfelue ont déjà réussi des coups remarquables. Le 22 avril dernier, Jour de la Terre, ils ont pris part au grand rassemblement festif en l’honneur de l’écovoiturage. À l’instar de Cannelle et Pruneau, c’est vêtus de boîtes de carton à bretelles que les participants ont sensibilisé la population automobilienne à l’absurde abus de voitures empruntant le pont Jacques-Cartier aux heures chaudes. Dans le ludisme, ils sont parvenus à faire passer leur message ainsi qu’à suggérer des alternatives concrètes et efficaces aux automobilistes décontenancés par tant de jovialité.

Le 31 mai, c’est sur une action des plus insolites que s’est penchée la Folle-Action: passer l’halloween dans le quartier Hochelaga! Mais attention, au lieu de demander des friandises, ce sont eux qui les offraient, accompagnées de chansons et de pensées positives. Certains hochelagiens ont reçu leur visite avec méfiance alors que d’autres furent ébahis par l’originalité du concept. Le 8 juin vint le tour de la folle-action ZEN. Arborant d’imposants costumes représentant l’amour, nos téméraires alliés se rendirent au centre-ville pour y faire émaner leur paix intérieure. Méditations, couloirs des anges et mosaïques humaines étaient au rendez-vous. L’impact visuel de l’événement fut révélateur de toute l’énergie à la fois clownesque et spirituelle qui anime les actants de la compagnie. Distribution de sourires, d’accolades et danse sociale, ces actions ne sont que quelques possibilités du spectre exponentiel qui s’offre à la compagnie. Cette dernière entrevoit même d’instaurer une semaine de la Folle-Action à l’échelle provinciale.

Le projet regorge d’ambition et il nécessite le recrutement de nouveaux membres pour perdurer. Alors, ne soyez pas seulement spectateurs, entrez dans l’action. Vous êtes tous les bienvenus à participer. N’hésitez pas non plus à faire parvenir vos idées d’actions ou à prendre en main une action qui vous inspire. L’implication dans le mouvement de la Folle-Action comporte maints privilèges tels ceux de vivre des moments cocasses et inoubliables avec les participants et le public, d’avoir accès à un réseau de communication grandissant dans la population, et donc de promouvoir la solidarité ainsi que de se voir l’auteur d’actions positives propageant une vision optimiste de la vie. Bien des avantages ne se découvrent qu’à l’intérieur de l’interprétation personnelle de chacune des actions.

Ne serait-il pas agréable de prendre le métro et d’y retrouver un groupe de gens sympathiques s’adonnant à une séance de rires contagieux et nous offrant de prendre part à leur délire? La folie que nous pratiquons est apte à alléger bien des maux qui affligent notre société tels la dépression, le stress, la solitude, et tant d’autres. Les actions sont une belle opportunité de s’exprimer, d’avoir du plaisir et de faire une différence positive pour plusieurs personnes. On repart toujours des folles actions en ayant appris quelque chose et en ayant vécu des situations hors de l’ordinaire. Plus on est de fous plus on rit!

L’équilibre énergétique de la Terre nous concerne tous et c’est par de simples gestes que nous pouvons faire une différence palpable. En plus de procurer un bien-être inégalé, la Folle-Action porte à réfléchir sur les enjeux relationnels de notre société individualiste. Pour communiquer votre joie de vivre et revendiquer des causes écosociales qui vous habitent, venez ajouter votre petit grain de folie au sein d’une compagnie où l’humour est la seule carte d’affaires.

Que la Folie soit avec vous! 

Les commentaires sont clos.