Réinventer le recyclage!

par Pascal Labonté

Une politique environnementale! Un plan de gestion intégrée des matières résiduelles! Un Comité d’Action et de Concertation en Environnement (CACE)! Voilà des sujets d’actualité dont on entend de plus en plus parler dans le milieu collégial, en vue de mettre en place les mesures nécessaires pour entreprendre le virage vert. Mais à quelle fin?

Le Collège de Rosemont, chef de file en environnement depuis le début des années 90, poursuit son implication pour la cause, tant avec les différentes instances de la Ville de Montréal qu’avec ses partenaires établis tels que l’Association québécoise pour la promotion de l’éducation relative à l’environnement (AQPERE), ENvironnement JEUnesse et RECYC-Québec. Après plusieurs années d’efforts, le bilan est plus que positif et le Collège a démontré, hors de tout doute, que l’environnement, c’est payant!

Il faut cependant comprendre que rien n’a été facile et n’a été pris pour acquis depuis la mise en œuvre de notre politique institutionnelle de protection de l’environnement et du développement durable. Près de 10 ans maintenant se sont écoulés, et le Collège continue à innover dans ce vaste chantier pédagogique de « collectivité viable » où chacun a un rôle à jouer. Pour ce faire, le meilleur moyen que l’on a trouvé suppose de passer par l’éducation à la citoyenneté. En tant que cégep en milieu urbain ayant une mission éducative avant tout, nous favorisons un changement de comportements et d’attitudes dans chacun de nos gestes au quotidien.

C’est bien beau le recyclage, c’est bien beau la récupération, mais avant tout il faut revoir nos modes de consommation! La réalité urbaine fait en sorte que souvent nous consommons bien au-delà de nos besoins. Observons seulement nos modes de déplacement : nous faut-il vraiment une automobile lorsque l’on habite en ville avec un système de transport en commun? Victimes de la mode ou « fashion victims », nous faut-il vraiment les plus grandes marques (dernières tendances) de vêtements pour nous distinguer dans nos cercles d’amis?

À l’heure de Kyoto, de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, de réduire notre niveau de consommation d’énergie, le Collège a décidé d’aller de l’avant en ce sens avec un programme d’efficacité énergétique et a réalisé des économies d’argent depuis ce jour. Après tout, c’est en tant que maison d’éducation que nous pouvons influencer les futurs décideurs et démontrer aux autres institutions qu’il est important d’agir de façon responsable. Après plusieurs années à vouloir tout récupérer, nous en sommes maintenant rendus à réduire à la source, pour diminuer notre pourcentage de récupération. Nous favorisons la synergie et la concertation du milieu pour prendre les meilleures décisions afin d’impliquer toutes les ressources disponibles (gestionnaires, professionnels, employés de soutien, enseignants et étudiants).

Réduire, réutiliser et recycler, mais par où commencer? Le fait d’être un collège dans une grande ville nous a permis dès le début de notre virage vert de créer des liens avec des entreprises de récupération. Cela nous a grandement aidés à récupérer les fibres au départ et par la suite, à récupérer les matières comme le plastique, le verre, le métal… Nous avons même été en mesure de créer des liens avec la Canadian polystyrene recycling association (CPRA) de Mississauga pour récupérer notre polystyrène (incluant la styromousse). Problématique de transport, il va sans dire! Aujourd’hui, nous travaillons à offrir de moins en moins de produits à base de polystyrène. Nous travaillons avec notre concessionnaire alimentaire afin d’offrir des couverts et de la vaisselle réutilisables. Nous augmentons notre sensibilisation pour faire davantage d’éducation relative à l’environnement et, par le fait même, réduisons nos coûts reliés à la gestion environnementale.

L’ensemble des cégeps, qu’ils soient urbains ou ruraux, commence à élaborer des plans de gestion intégrée des matières résiduelles. Pour faciliter leur travail, il est important qu’ils œuvrent de concert avec leur milieu respectif, que ce soit leur ville ou la MRC. Il faut comprendre également qu’il est préférable de réduire à la source nos impacts environnementaux. Avec du temps et de la patience, tout est permis. Un virage vert se réalise au fil de plusieurs années, alors qu’un changement de comportement s’opère au quotidien. Cela permettra de mettre en place un programme de récupération et de recyclage, mais avant tout un programme de réduction en vue de former des citoyens responsables!

Les commentaires sont clos.