Voyage chamanique

par Emmanuelle Dennie-Fillion

Vaste sujet, aux mille et un rituels, croyances, coutumes diverses…

Aujourd’hui je vous propose autre chose. Décrochons du mental, des concepts, et partons en voyage. Ne cherchez pas à comprendre et vous comprendrez tout…

Écoutez le son du tambour et les chants qui escaladent rapidement. Voyez les flammes qui dansent, contorsionnant leurs corps, faisant circuler l’énergie sacrée. Sentez l’énergie qui vous envahit…et voilà c’est parti. Cap vers le monde des chamans.

Ils arrivent à notre rencontre pour nous raconter leur histoire. Depuis le début des temps, ils voyagent d’une dimension à l’autre. Ils voient plus loin que la simple réalité du corps physique. Ils sont guérisseurs, prêtres, sorciers, sages-femmes, ils sont chamans. Certains disent qu’ils possèdent des facultés particulières, d’autres qu’on les possède toutes, mais que les chamans en ont une plus grande maîtrise. Regardez-les, ils sont hommes, femmes, de tous les continents, de différentes tribus, des Bushmens au Botswana aux Aborigènes de l’Australie.

De leur être, ils font le pont entre les deux mondes, terrestre et divin. De leurs pieds se prolongent des racines sans fin dans notre mère sacrée, la terre qu’ils ont si longtemps gardée. Du ciel descend en leur troisième oeil un canal de lumière qui apporte les messages de la lune, du soleil, du vent et des esprits. En leur coeur, ils font le pont entre ces deux pôles. Que ce soit aux sons du tambour ou du hochet, à l’aide de substances psychotropes ou de chants sacrés, ils sont passés maître dans l’art du voyage de leur racine terrestre à leur antenne divine. Bien ancrés dans la troisième dimension, le monde terrestre tel qu’on le connaît, ils vont vers la cinquième dimension, celle du rêve, là où existent les mémoires de tous les temps, des vies passées, des accords karmiques, là où travaillent les anges, les guides et où existe une infinité de possibilités. Ces voyageurs en rapportent des visions, des conseils de guérison, des animaux alliés pour aider leur frère, soeur, peuple, terre, à marcher vers un plus grand équilibre.

Dans la réalité de tous les jours, la nature, les minéraux et les animaux sont leurs alliés précieux qui portent des messages qu’il ne faut pas ignorer. Chacun possède sa médecine, c’est-a-dire son propre attribut…comme chaque humain finalement. Une fourmi dans un rêve ou croisée sur un chemin peut suggérer de ralentir, un écureuil chuchote de faire des provisions, mais les symboles ne sont jamais fixes, car le rêveur, l’humain à qui s’adresse le message, est toujours différent. Tiens, un renard croise à cet instant notre chemin…quel message nous offre-t-il?

Le chaman porte en lui ces deux pôles et en son coeur vit la grande roue de la médecine où il n’y a ni commencement, ni fin, où tout est appelé à changer, à se transformer. Il y a l’ouest, le sud, le nord et l’est, qui nous rappellent le corps, les émotions, le mental et l’esprit, qui dansent avec les couleurs noir, rouge, blanc et jaune respectivement. Puis, il y a le centre, le tout où toutes les directions ne font qu’une, c’est le trou noir, le catalyseur, la création. C’est l’endroit d’où part toute vie et là où elle se termine.

Regarde les yeux de la chamane, elle sait que l’on forme un tout indissociable, elle sait que l’arbre a autant de savoir que l’homme, que la roche porte son message, que le divin se manifeste par les rêves, par le tambour, par les rituels et les cérémonies. Elle est celle qui communie avec l’arbre dans les quatre directions et qui chante une berceuse de remerciement à la lune. Elle est celle qui garde le feu sacré pour préparer la hutte de sudation et qui nourrit ses plantes de son sang menstruel. Elle est chamane et n’a besoin ni de mot, ni d’objets pour accéder à ses dons, mais accepte l’aide de ces derniers. Elle sait, en chacune de ses cellules, que le corps est un véhicule sacré pour conduire le message de l’esprit et qu’en niant l’un ou l’autre des deux pôles, l’expérience humaine sur la Terre ne pourrait avoir lieu. Elle a des yeux brillants qui voient très loin, car elle a appris avec le temps à suivre la vague de l’esprit sans la combattre.

Sens-tu l’odeur de sauge, de lavande et de cèdre, herbes brûlées pour la protection, la beauté et l’équilibre qui se dégagent de son être? Smudge sacré qui nettoie le corps énergétique et restera longtemps dans nos narines après la fin de ces mots. Écoutez… J’entends le battement du tambour qui ralentit, les chants se font plus doux, au centre du cercle la personne étendue se rassoit tranquillement. Tout autour, les gardiens du cercle attendent patiemment de partager les visions, cadeaux reçus en ce jour pour aider la personne au centre dans sa guérison. Les énergies invoquées sont remerciées, elles repartent en douceur, les picotements s’estompent, les corps en communion d’extase se détendent. Les bougies sont éteintes, les cristaux enveloppés, la pipe sacrée lentement démontée… le cercle de guérison est terminé. Chacun retourne à son travail respectif, conscient que la nouvelle lune approche tranquillement et qu’à cette occasion les femmes se retireront dans leur maison des lunes pour saigner, chanter et recevoir des visions.

Je sens que mon temps de parole tire à sa fin, il sera bientôt temps de passer le bâton de parole à un autre pour écouter ses mots à lui. Vaste savoir des chamans, des peuples aborigènes qui continue à vivre aujourd’hui malgré les obstacles et qui à chaque instant guérit davantage le sentiment de séparation qui a grugé l’humanité. Merci pour ce partage. Merci pour ce voyage. Ho.

Les commentaires sont clos.