Où la confiance règne, au royaume des biens heureux

par Frère Ours

Oyé! Oyé! Gens de bonne foi
Veuillez en croire vos oreilles.
L’argent n’est pas seul, quelle joie!
D’autres souverains font des merveilles.
Avec, à ses côtés, le roi Respect,
La Confiance est fière suzeraine.
Unis, ensemble, ils engendrent la Paix.

(Tous les sujets aiment leur reine au royaume des biens heureux!)

Voilà, depuis la date fatidique du 9 juin mille-neuf-cent-deux-mille- deux, nous, le groupe de l’écovillage, en tant que collectivité, avons adopté un système d’échange local (S.E.L.), le Jardin d’Échange Universel (J.E.U.), qui fait déjà ses preuves en France, à Montréal et à Québec. Le JEU nous permet d’échanger, sous d’innombrables aspects, le fruit* de nos réalisations matérielles et/ou spirituelles* (peut contenir des traces d’amour), et ce sans nécessairement utiliser l’argent, cette forme d’énergie relativement contemporaine. Je suis ahuri, ébahi, mais surtout réjoui de nous savoir déjà marchant sur ce chemin de renouveau.

À l’aide d’un petit carnet, nous avons le pouvoir de subvenir à nos désirs et nos besoins, nos soifs et nos faims. Avec, comme équivalence énergétique: 1unité=1 minute/ 1heure=10$/ 1$=6 unités, il est facile d’évaluer les services ou produits que nous offrons à leur juste valeur. Il est très important de noter que la souplesse est de mise, et qu’en fin de compte, chacun(une) est libre d’échanger selon son bon vouloir. L’essentiel, c’est que les deux parties en cause soient satisfaites et heureuses des échanges effectués. Bien entendu, l’idéal serait de donner et recevoir avec abondance dans le meilleur des mondes, mais il est parfois important de bien équilibrer l’énergie que nous manifestons dans ce monde moderne où tout n’est pas gratuit comme la lumière et chaleur de grand-père Soleil.

Plusieurs systèmes locaux de ce genre émergent sur le globe, et d’autres existent déjà depuis très longtemps (voir l’article de Sarah Maria dans Aube #1). C’est d’ailleurs, comme un vent chaud et frais, jeune et ancestral que j’ai pris connaissance des Tontines; un réseau qui prend racine en Afrique, le berceau de l’humanité, et dans quelques banlieues avoisinantes (les Antilles, les Caraïbes, etc.) Ces systèmes fonctionnent sans carnet, sans livret de comptes, sans registre. Et pourtant ils font des heureux-ses depuis un bon bout de temps. Les Tontines sont basées principalement sur la confiance! Les gens se rassemblent en groupe dans les familles, les villages, même dans les villes, et ils se prennent en main dans l’entraide et la bonne humeur. Tout dépendant des besoins du groupe, ils unissent leurs ressources pour qu’un individu, au hasard, puisse jouir d’une certaine abondance.

Par exemple, dans un petit village de la Guadeloupe, un groupe de dix femmes se réunit et forme une Tontine. Leur réalité ne leur permet pas de se payer une batterie de cuisine complète de qualité. Mais l’union fait la force! Ces femmes entreprenantes, en fondant leur Tontine, se rencontrent de façon régulière.

Elles mangent ensemble, et chacune apporte un morceau, une partie de la batterie de cuisine, qu’elles achètent et mettent en commun. Vers la fin de la rencontre, elles font un tirage au sort pour savoir quelle chanceuse repartira chez elle avec l’ensemble complet. Et elles continuent de se rencontrer jusqu’à ce que chacune d’entre elles ait son ensemble de chaudrons!

Ces Tontines peuvent s’appliquer pour n’importe quel besoin de la communauté: du matériel, de l’argent, des services, etc. La beauté de tout ça, c’est que c’est basé sur la confiance et l’entraide, tout en favorisant le rassemblement. J’ai vraiment été agréablement étonné de prendre connaissance des Tontines, et je voulais vous partager mon enthousiasme pour ce merveilleux moyen qui, comme le JEU, permet de s’affranchir du système capitaliste. Je nous encourage tous et toutes à utiliser une des façons alternatives de consommer, afin de rétablir un certain équilibre. L’argent ne fait pas le bonheur!!!

Longue vie au J.E.U.!

P.S. Je tiens à remercier Malia, une jolie princesse aux couleurs des Caraïbes, qui m’a partagé gentiment ses connaissances sur les Tontines.

Les commentaires sont clos.