Le Campement comme laboratoire d’éducation populaire libre

par Patrick Cadorette

Par sa structure autant que par son contenu, le campement autogéré est une expérience profondément instructive pour ses participants et participantes. C’est le commentaire qui revient le plus régulièrement lors des présentations subjectives du Campement: la fonction « éducative » constitue un élément majeur de toute l’entreprise.

D’une part, la réflexion continue sur le processus autogestionnaire est un laboratoire ouvert sur des dynamiques politiques alternatives soumises à l’épreuve de l’expérience. Qu’il s’agisse pour les participant(e)s d’un premier contact ou d’une mise en pratique d’idéaux politiques intégrés, l’exploration autogestionnaire est une école de vie hors du commun.

D’autre part, la programmation du campement, essentiellement prise en charge par les participant(e)s eux/elles-mêmes, forme une sorte d’université populaire où l’autoformation et la formation mutuelle vont de soi, se développant sur une base égalitaire et organique. Le partage des savoir-faire est ici le maître mot.

En ce sens, le Campement s’inscrit dans une mouvance plus large pour la libération de l’information et des savoirs. Une révolution des communications s’opère actuellement, favorisée par l’émergence simultanée de nouveaux moyens de communication et du mouvement pour la justice globale.

Depuis l’explosion d’Internet, les systèmes de production de sens et de distribution de l’information, traditionnellement unidirectionnels (de l’organe d’information vers le consommateur de l’information, sans possibilité d’interaction) sont peu à peu remplacés par des systèmes novateurs, davantage axés sur la décentralisation et la participativité.

La théorie des rhizomes, en communication, réfère à ces réseaux décentralisés où l’information circule dans plusieurs directions simultanément ou alternativement, plutôt que de façon linéaire, d’un point de départ concentré vers une réception de masse.

Il en va de même avec la mouvance des écoles libres, universités populaires et autres expériences d’éducation mutuelle, où le développement est davantage guidé par les intérêts des participant(e)s que par les impératifs du système dominant.

Depuis sa genèse, le « mouvement » des campements a cherché à contourner la dynamique (potentiellement autoritaire) que favorisent les présentations magistrales. On y préfère des formes de présentation plus informelles et interactives pour encourager la réappropriation des espaces démocratiques par la base.

La plupart des activités au CQJ 2005 répondaient, à un degré ou un autre, à cette attente. Elles se divisaient plus ou moins en 6 types:

Forums de discussion
Ateliers théoriques + discussions
Ateliers pratiques
Présentations de groupes ou de projets
Conférences / présentations magistrales + discussions
Activités sportives / récréatives / de conditionnement physique

Pour plusieurs acteurs-trices du nouveau monde, il faut attiser la révolution des communications et lancer un défi aux systèmes d’éducation traditionnels. Au Campement, le premier pas c’est l’écoute de l’autre.


 

Voici un aperçu de la programmation du CQJ, par type d’activité:

Forums de discussion
Femmes, santé et sexualité (mixte)
Problématiques de genres – femmes (espace non mixte)
Problématiques de genres – hommes (espace non mixte)
Organisation d’un Forum social au Québec
Les modes de communication et les procédures

Ateliers théoriques + discussions
Alternatives urbaines
Atelier de premiers soins
Le pouvoir du citoyen
Le droit à l’éducation: retour sur la grève étudiante
Guerre civile en Colombie
Contraception alternative (mixte)
Introduction au communisme libertaire
CMAQ: Médias autonomes ou médias alternatifs / communications alternatives
KOUMBIT: informatique libre et autogérée
Enjeux alimentaires
Histoire et résistance
Laboratoire sur la démocratie participative
La jeunesse et l’alternative politique
L’agriculture biologique
L’écologie politique.
Présentations d’un groupe et/ou d’un projet
EKOPEDIA: projet d’encyclopédie pratique des techniques alternatives de vie
Vers le FSM 2006 à Bamako
Le projet Archipel
Le festival perpétuel
Collectif pour une université libre
La radio libre/communautaire et le mouvement anarchiste au Mexique
Le Projet Diapason
ICIELA: réseau citoyen de solidarité (co-développement communautaire) et projet de café/boutique solidaire à Montréal.
Solidarité sans frontières / Discussion sur la situation des réfugiés sans statut au Canada
Justice pour Adil Charkaoui

Ateliers pratiques
La mise à jour de systèmes de gestion de contenu
Le théâtre d’intervention
Gumboots
Réparation de vélos
Marche dans les bois: échanges de connaissances sur les plantes médicinales

Activités sportives / récréatives / de conditionnement physique
« Purental Masticator »: Film de zombies mexicain
Viédo Karaoke: bloc créatif
Tai Chi
Brasse la cage ─ Projections: La place de l’art dans la société
Yoga par le rire
Yoga
Kung Fu
La Guerre du Feu
« La mort de l’Ego »
Spectacles de Internacional Sonora Calavera
Observatoire astronomique: le lever de Mars

Conférences / présentations magistrales + discussions
Messages cachés de l’eau
Guerre et militarisation: Impacts des politiques antiterroristes en Irak
Le commerce équitable: expériences québécoises et péruviennes
Intensification urgente du travail antimilitarisation au Québec
Les politiques étrangères américaines et canadiennes
Le blanchiment d’argent, les paradis fiscaux et la bourse
Néo-Mayismo Automatico: Cosmovision Maya, Lucha Maya

Les commentaires sont clos.